Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

3. Poros - Hydra


En route pour Hydra !

On dit que c’est le plus beau port de toutes les îles grecques.

Hélas, cette réputation lui vaut aussi d’être un des plus fréquentés durant la saison d’été ! Que va t’on y trouver au cœur de l’hiver ?

En été, ce genre de port ferait plus penser à St Trop ou Positano et cela n’est pas trop ma tasse de thé.

Hydra était un ancien repère de corsaires, et la piraterie semble avoir bien fonctionné. Les maisons, paraît-il, y sont plus hautes, plus belles, souvent immenses que sur les autres îles grecques.

Hydra, avec Spetsès, une de nos prochaines escales, est liée à l’histoire contemporaine grecque. Les Hydriotes avaient développé durant l’occupation turque une flotte marchande très importante, et qui évidemment, avait enrichi bien des armateurs sur l’île.

Bon, ce ne sont pas des vestiges de familles de pirates riches, toutes ces belles maisons sur l’île, mais plutôt ce qui reste des familles d’armateurs enrichis. Pff, c’est moins romantique !

Mais quand la guerre d’indépendance éclata, tous ces armateurs armèrent leur flottille pour la lancer dans la bataille.

Pas cons, les armateurs.., ils espéraient ainsi ramasser pas mal de miettes de pouvoir, et peu importe, cela aida et il en reste des noms très connus partout en Grèce : Miaoulis, Koundoutiotis, et les belles grandes maisons d’Hydra..

A l’époque, Hydra comptait 20000 habitants, il en reste 3000 aujourd’hui.

Ca y est, nous avons quitté Poros par le chenal pour nous diriger vers la pointe est du Péloponèse, le cap As Skillaion et ses deux petites îles Nisos Skilli et Nisos Spathi.

A la sortie du chenal, on commence par s’attacher à un petit corps mort devant le chantier naval d’Aliki.

Nous avons des problèmes de lecture sur l’écho-sondeur et après avoir tout vérifié, on se demande s’il n’y a pas des crasses sur la sonde dans l’eau.

Ce qui est merveilleux avec un copain, c’est que ce soit lui qui se propose de plonger dans l’eau, et avec tous mes encouragements J, nous sommes quand même au cœur de l’hiver !

Wulf plonge, frotte, tâte…, rien, la sonde semble propre.

Je n’ai hélas pas de photos de cet instant mémorable, au moins cela ne rendra jaloux personne de voir notre courage en plein hiver. Je dis bien notre, car je participais moralement au plongeon de Wulf, au point d’en oublier mon appareil photo. J’en connais un, quand il va lire cela..

Ensuite, en route donc pour le cap Ak Skillaion, et là on bifurque dans le magnifique chenal de Kolpos Idhras.

La vue est fabuleuse, à tribord, le Péloponnèse, à babord l’île Nisos Idhra, au fond à la,sortie du chenal, l’île de Nisos Dhokos et à côté Nisos Trikeri et Nisos Petassi.

C’est à nouveau majestueux, et la lumière extraordinaire de l’hiver permet de voir tout cela comme on ne l’aurait jamais vu en été !

Il fait beau, on a un peu de brise, Anak fend l’eau à un petit 5 nœuds, mais comme toujours, les distances entre nos étapes sont courtes, pourquoi se presser ?

Qui a dit que c’était dangereux de naviguer en Saronique au cœur de l’hiver ?

Nous commençons à apercevoir sur l’île de Nisos Ydhra les taches blanches des maisons de la petite ville de Limin Idhras, que j’appellerai désormais Hydra.

Un peu avant, on voit de la fumée sur l’île… hélas, une immense décharge à ciel ouvert remplit une vallée, qui elle, donne sur la mer. L’Europe a encore du boulot..

On approche d’Hydra, et l‘entrée du port est de toute beauté.


Incroyable, à part des bateaux de pêcheurs, les bateaux-taxis qui font les navettes Péloponnèse – Hydra, personne !

Celui qui a visité Hydra en été ne peut imaginer ce que nous découvrons.

Pas besoin de jeter l’ancre et se mettre cul au quai, il y a tellement de place qu’on s’amarre le long du quai. Plus tard viendra s’amarrer pas loin de nous le grand bac, qui amène diverses marchandises à Hydra depuis le Péloponnèse en face. Parfois un caïque de pêche se met devant ou derrière nous pour décharger son poisson ou le vendre sur place.


Wulf demande à tout le monde et en grec si on les gêne. Réponses négatives avec un grand sourire en plus. Ah, si seulement je parlais grec !

C’est la fin de l’après-midi. Le gros bac arrive justement et on assiste à une activité surprenante.

La glace débarquée en priorité, puis les marchandises à charger sur les mules, qui en attendant : admirent Anak !


Car, j’ai oublié de le préciser : sur Hydra, ni voitures, ni scooters. Juste un petit camion poubelle pour alimenter l’horrible décharge aperçue avant de rentrer dans le port.

Quand il fera nuit, tout se calme, reste une mule devant Anak, on a un bon gardien, espérons qu’elle ne se mette pas à braire à minuit !

Le village en hiver semble assez vide. Par ci par là, quelques artisans travaillent encore dans leurs ateliers.

On trouve un petit boui boui comme on les aime, l’endroit est sympa, mais les gens sont quand-même moins chaleureux qu’à Egine. Je vous le disais, cela sent un peu le St Trop ou Positano, et sans doute les habitants du coin se protègent des ‘envahisseurs’.

 

Le port, en rentrant sur Anak, n’est que quiétude et charme, éclairé par par des réverbères et et quelques guirlandes de lumière.

Quand on se réveillera le lendemain matin, ça y est, notre club d’admirateurs est de retour. Les propriétaires des mules patientent pour les charger, et n’arrêtent pas de ramasser leurs crottins qu’ils conservent dans des sacs. Le quai ainsi reste étonnament propre.

Après quelques courses, où on découvre qu’Hydra est bien plus chère qu’Egine, on décide d’aller faire une grande ballade dans la petite ville avant de quitter ce bel endroit..

 

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Voyages en voilier en Méditerranée. Algérie à la voile.

Que sont devenus Les ex-moussaillons 'Anak ?

Pages

Hébergé par Overblog