Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

15(5) - Mai - Skopelos au mois de Mai.

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Skopelos, avant l’invasion des barbares de l’été, c’est la douceur de vie absolue. Et j'adore Skopelos.
Les vieux Skopelotes se retrouvent tous les matins au café municipal, où je les rejoignais en général vers 8 à 9 heures, après avoir été acheter du pain et quelques fruits et légumes.

26-seniors-de-Skopelos25-seniors-de-Skopelos   

27-seniors-de-Skopelos

Bref, à peine arrivé, je m’assieds, et sans rien demander arrive mon hellinika avec un chaleureux " -Kalimèra ! You'r back ?"
Sur le quai, les pêcheurs opèrent la toilette de printemps de leurs barques. Combien de temps verrons-nous encore cette minutie à repeindre les petits profils taillés dans le bois.
Du jaune pour l’un, du rouge vif ou bleu méditerranée pour une autre partie.

20b-prepa-barque-Skopelos20-prepa-barque-Skopelos 

Ce sont ces détails qui font toute la beauté des barques et cette couleur si photogénique des petits ports de pêche méditerranéens. 

19-barque-Skopelos 

(cliquez pour agrandir)  

20c-barque-repeinte 

En ville, on recommence à chauler les murs, comme à chaque printemps.
En face des tavernas, le long du grand quai, quelques va et vient de bateaux de location. Mais très peu, parfois un seul, au pire trois ou quatre. la saison n'a pas commencé ! 
Ces autres voiliers alors ?
Un ketch italien d’un couple à la retraite. Idem pour un grand voilier avec des retraités français. Là arrive un très beau côtre norvégien avec un vieux couple anglais à la manœuvre. J'adore les vrais vagabonds des mers anglais, ils ne se prennent jamais au sérieux. On court aider chaque nouvel arrivant, et du coup on lie connaissance.
Ces vagabonds, on les reconnait à leurs bateaux, l’encombrement des ponts, les couleurs différentes, un look sympa. On est loin des voiliers de grande série industrielle, comme des clônes, ou conçus pour la vitesse et donc bien trop inconfortables pour nous. On est loin de la performance à tout prix, de l'obsession du noeud à gagner.
Ceux qui en ont un du genre rêvent de l’échanger contre nos barques encombrées.

23-Mayero-et-Anak24-Stephanie-&-Thierry

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Voilà mes amis catalans, eux aussi de passage à Skopelos. Angela et Antonio, couple de grands amoureux, toujours en train de sourire. Mayero, nos agriculteurs-navigateurs, les  Mayero alternant les travaux à la ferme et quelques mois une ou deux fois par an au milieu des îles grecques. Stéphanie et Thierry, nos mignons petits Suisses qui rentrent d’une escapade à Alonisos. Ils étaient là lors de mon arrivée il y a 24 heures.
Michèle, apparaît au milieu de tout cela, pour pas même une semaine sur l’île, le temps de la découvrir. C'est bien Michèle : 2 jours de voyage aller depuis Dijon; idem retour, pour 4 jours sur Anak ! Quel courage !
Cela se termine souvent par des repas à gauche à droite, un apéro entre gens qui s'estiment et se croisent au port, ce n'est pas courant et les apéros obligés à-tout-va entre navigateurs n'est pas trop ma tasse de thé, donc là le moment est privilégié.

01-Mayeros

Le temps est splendide, on pense tous à nos proches en France, subissant un hiver qui ne trouve pas sa fin.
Tout cela me donne tout de même le temps de vérifier quelques détails sur Anak. Je viens de sortir d’Eubée et je vérifie les serrages des boulons des pièces démontées dans le moteur, etc. Bref, tout le monde est bien occupé..

31-Jean-Marie

Je vais aussi en profiter, - une tempête est annoncée pour samedi et les jours qui suivent – pour faire rapidement une virée de 48 heures avec Michèle vers Agnondas et Panormos.
Peut-être retrouver Alioth, d’Angela et Antonio, qui vont aussi repartir faire un tour dans le coin.
Mayero lui reste au quai, ils se reposent et se donnent le temps d’étudier la suite. Comme Anak, ils veulent se diriger vers le Nord de la Grèce après les Sporades.
 

03-vers-Agnondas

Anak quitte le quai, et en route pour Agnondas, le tout petit port où parfois accostent des ferries quand la tempête gronde à Skopelos.
A midi, Anak est amarré au quai d’Agnondas. Tout seul. C’est vraiment le rêve, le mois de mai. Michèle découvre ainsi l’île par la mer et est éblouie. On mange à bord une petite salade de tomates à midi, mon régime habituel. Puis on va boire un café sous les platanes bordant l’eau au fond de ce tout petit port plein de charme.

05-anak-a-Agnondas06-café-sous-platane-a-Agnondas

08-Agnondas07-sechage-Agnondas  
(cliquez sur les photos pour agrandir) 
Kawa terminé, en avant, destination : Panormos. On y arrive rapidement. La crique de Panormos, elle aussi, est vide. Incroyable ! 

Je jette l’ancre, mais un vent assez violent m’empêche de reculer vers la rive où j’irais bien attacher un long bout aux rochers. Je fais un premier essai, je prépare mon bout, je saute à l’eau avec la corde autour des épaules, mais non.. Impossible d’approcher des rochers, Anak se remet de travers, face au vent, et du coup la corde est trop courte. Trop drôle, on ne peut que rire.
Tant pis, je refais toute l’opération sous les yeux médusés de ma bourguignonne. Elle redécouvre la lenteur et patience qu’il faut pour opérer certaines manœuvres avec un voilier.

09-Arrivee-Panormos10-Panormos

Arrivée à Panormos 

11-ligne-a-terre13-eau-18-degres 

14-boulot-termine12-Anak-assure
Cette fois, je réussis à me mettre bien en ligne avec mes rochers, et je recule un maximum en lâchant de la chaîne. Le fait de me rapprocher de la rive boisée semble me protéger du vent. Je ne lache pas des yeux l’écho-sondeur, il ne faudrait pas toucher le fond.

Et rebelote, plonger à toute vitesse dans l’eau, elle ne fait encore que 18° !
Mais ça y est, je réussis à attacher la corde aux rochers, et je retourne en nageant le plus vite possible vers Anak. Tout cela garantit, vent ou pas, une vraie nuit de sommeil sans inquiétudes de dérapage d’ancre.
Michèle en profite pour aller voir si l’eau fait vraiment 18°, et nage autour d’Anak durant 20 minutes.
Vrai qu’une fois que l’on est dans l’eau, cela devient bien agréable. Sous Anak dont j’ai retendu la chaîne, 15 m de profondeur et on voit tous les détails du fond tant l’eau est transparente.
Crique de rêve, un pêcheur passe avec un grand bonjour, tout en jetant ses filets à la main. C’est superbe. 

16-Panormos17-Panormos 
(cliquez sur les photos pour agrandir)
Repos ou rêveries après ce mouillage mouvementé.

 

15-quietude-de-Panormos18-Retour-cool-Skopelos
Le lendemain-matin, je replonge dans l’eau pour aller défaire mon amarre, et Anak repart vers Agnondas. Finalement, boire un café sous les platanes, c’est bien agréable. Déjà ces habitudes.
  
Après le café, cap sur Skopelos. Michèle doit prendre le premier ferrie le lendemain-matin. J'y ferai souvent une halte-express pause-café à Agnondas ! 
Pour fêter cette mini-navigation Michèle m’invite au restaurant. Je l’emmène dans une petite ruelle en escalier où il y a un minuscule restaurant bien sympa et pas cher. L’ennui, c’est les marches dans la ruelle. Peu importe, le restaurateur a mis des bacs en bois, juste assez grands pour supporter une petite table et une chaise. Le bac lui épouse les marches.

22-resto-Skopelos
Attention ! Ne pas reculer sa chaise pendant que l’on mange. Soit c’est la chute dans l’assiette du voisin des marches plus basses, ou carrément le plongeon dans l’escalier.

Trop drôle, j’imagine cela en France, où nous sommes saturés de lois, mesures, préventions qui font que l’on ne pourrait même pas imaginer une seconde qu’une telle installation soit permise. Finalement, on est responsables et adultes, non ? Personne ne nous force à manger là, il y a des restos tout plats en bas dans le port.21-resto-Skopelos
Surprise, je mange une Moussaka vraiment délicieuse. Pas un iota de gras ou d’huile d’olive. On avale aussi un souvlaki de poulet délicieux, on demande la note, et hop, comme toujours en Grèce dans ce genre de petits restos, arrive un dessert gratos, tartelette chaude aux pruneaux (de Skopelos) avec deux boules de sorbet dessus. Mmmmmmmmmm.

C’est le côté sympa des restos grecs dans cette région. P.ex., vous arrivez à deux, déclarez que vous n’avez pas très faim, le serveur vous propose tout simplement une portion d’une personne, et on vous donnera deux assiettes.. On est loin d’Athènes..
On a retrouvé les Mayeros toujours à quai, l’occasion d’une bonne bière fraîche.
On trouve aussi le temps de louer un scooter pour aller jusqu'à Glossa au nord de l'île.
Triste début de journée, Michèle nous quitte pour rejoindre Athènes. ferrie, puis bus jusque Athènes, puis avion sur Paris et TGV sur Dijon !
Mais l'été approche et donc le retour de Michèle sur Anak !

Anak du coup est envahi par les derniers arrivés, Stéphanie et Thierry. C'est les copains qui viennent m'empêcher d'attraper le blues 

30-Thierry 
Nous rejoignent Chantal et Jean-Marie de Mayero, l’occasion de boire les 4 dernières bières dans le frigo d’Anak. Demain donc ; tempête, force 7, et il semblerait que cela pourrait durer jusqu’au moins milieu de la semaine prochaine.

Bien, cela va aussi me permettre d'étudier ma longue route vers le Nord de la Grèce, Limnos et ensuite Lesbos où me rejoint à nouveau Michèle..

28-preparation-suite-route-nord 

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Voyages en voilier en Méditerranée. Algérie à la voile.

Que sont devenus Les ex-moussaillons 'Anak ?

Pages

Hébergé par Overblog