Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

20 - Août 2010 - Oinousa, l'île aux deux facettes.

 

Ce mercredi 25 août, je quitte Plomary au Sud de Lesbos. Je reviendrai à Lesbos !

Direction : Plein Sud : Chios et la petite île voisine d’Oinousa.

La météo annonce du vent du Nord, force 4 à 5, et pour demain, un bon petit Meltem force 7. Il vaut donc mieux arriver à temps et surtout me mettre à l’abri.

CHIOS---Oinousa-copie.jpgEvidemment, qui croit à la météo ? Les premières heures, le vent est du Sud – sacrée Méditerranée – et en début d’après-midi, à 10 miles de Chios, il vire enfin au Nord.

Seul hic, il vire au Nord et semble pressé d’en découdre, c’est le Meltem force 7 annoncé pour demain qui tombe à bras raccourcis sur Anak.

C’est sportif, la mer est hachée, pas trop désagréable, la houle a peut-être du mal à se former entre toutes ces îles et la côte turque très proche.

Le génois, de moitié enroulé, tient le coup tangonné, la grand-voile a pris deux riz, l’artimon est rentré.

Et voilà Anak propulsé vers le chenal qui sépare Chios d’Oinousa. Pour une fois que je fais des économies de gasoil !

01

A gauche, Oinousa, à droite, Chios.. C’est très beau.

Et évidemment, avec ce vent je vois très vite au loin, sur la gauche, le village de Mandraki.

02

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Son petit port est protégé par trois ilots. Sur celui du nord on peut voir un monastère et sur celui du sud, une chapelle.. Les guides nautiques disent que c’est un abri idéal par tous vents.

Je contourne l’ile la plus au Sud ; Nisis Mandraki et me voila soudain propulsé en Scandinavie !

On a volé la petite sirène ‘den lille havfrue’ à l’entrée du port de Copenhague…, et je la retrouve ici à l’entrée du port de Mandraki ! Non, c’est tout simplement une des nombreuses curiosités, parfois un peu mégalos, que je vais rencontrer dans ce curieux petit port de Mandraki.

0403 

 05 

Je contourne donc notre sirène Oinousaienne et je découvre l’entrée du port. Port protégé ? Je puis vous assurer que par Meltem, cela souffle sec dans le port et je me demande comment je vais faire pour trouver une place, et surtout amarrer mon gros Anak tout seul. Pas un chat pour m’aider sur les quais désertés par ce vent violent.

Finalement, c’est la jetée sud à l’entrée qui me semble la plus intéressante. Il y a un ferry au départ de la jetée, puis rien, si ce n’est de gros boudins en caoutchouc noir au raz de l’eau.

Pas vraiment l’idéal, mais tout au bout, vers l’entrée : pas de boudins. Les autres quais sont tous pleins, une dizaines de ‘taxis’ ou navettes Chios – Oinousa, un plus petit ferry, encore un quai plus loin avec un catamaran et des petites vedettes, une place à côté, mais si je me loupe avec ce vent, bonjour les dégâts ! Au fond, des gros yachts alignés.

20Ce n’est certainement pas là-bas que je vais chercher une place !

Donc, jetée sud. Avec ce fort vent du nord, je serai poussé vers le quai, le tout est d’arriver doucement, et de préparer mes deux pneus de bagnole à tribord pour ne pas abîmer le bateau. Si je suis trop éloigné du quai, en présentant le flanc d’Anak au vent, cela va me pousser très très violemment contre le quai.

Je ressors du port, reviens doucement contre le vent, je frôle en virant, c’est le moment le plus dangereux avec ce Meltem, l’angle de la jetée et si je calcule bien, si à un mètre de l’angle, celui-ci dépassé, le vent va me pousser de suite contre le quai. Mais étant déjà tout près, cela va se faire en douceur.

Et ça marche, comme une fleur, ah, le marin d’eau douce et de pacotille, quand la chance m’accompagne !

Mandraki-copie.jpgPas besoin d’amarres, Anak s’est collé au quai, les pneus s’écrasent, tant le vent est fort ! Cela hurle dans les haubans. Je règle bien mes pneus et pour les bouger, je dois pousser comme un fou pour arriver à décoller un peu Anak du quai. Je l'approche au maximum du ferry à quai et du début des boudins caoutchouc dans l'eau. Les pneus frottent sur le quai et freinent, même moteur à fond! Une amarre devant, une derrière, youppie, je suis safe à Mandraki.

07 

Ouf, je puis souffler, car vous n’avez pas idée du stress quand un vent vous pousse à force 7 ! Une erreur, et je ne vous dit pas la casse !

Je regarde autour de moi.. Côté chenal, les 3 îles, c’est magnifique. Côté ville, bof, j’avoue être déçu.

09 

De loin, architecturalement, c’est nul, des grosses maisons de rupins dont les trois-quarts sont en ruines. Une taverna moderne sur le port avec terrasse aquarium plastique. Pas un chat, et au loin, ces gros yachts qui font tâche dans le paysage.

12 

13 

Et cela se voit ! Enfin, ce qui reste de l’époque où ces messieurs fréquentaient assidument leur île natale. Aujourd’hui, ils habitent Athènes, New-York, Paris.. et leurs enfants préfèrent Egine, St Trop ou Marbella plutôt que cette île perdue!

Il en reste quelques-uns, revenu pour une retraite dorée et paisible. Ils se baladent alors avec chauffeur en voiturette électrique pour terrain de golf (il n’y a pas de golf ici, mais ça fait chic et du boulot pour le jeune chauffeur).

23Ils ont leur barque privée au port (d’où les yachts) et leur grosse villa sur l’île. Leurs ‘copains armateurs’, Rolex au poignet comme Sarko, viennent faire un tour le 15 août, jour de la fête de l’île d’Oinousa. Le port est plein alors, que des méga-yachts !

Il paraît qu’il vaut mieux ne pas mettre les pieds ici ce jour-là. Pas de place, et on vous envoie balader, on est entre gens de la jet-set.

Tout cela me fait un rien déprimer. Ce port avec une architecture plutôt moche, un fief pour riches, cela avec du Meltem, l’adios à Lesbos, mais qu’est-ce que je suis venu faire ici ?

Bon, courage le flamand, va d'abord faire un petit tour dans le port.

Pfff, à peine mégalos les mecs, il y a des statues de nos grands armateurs partout dans le port ! Un petit aperçu ? Heureusement qu’il y a UNE femme au milieu de tout cela ! Et la plupart des mecs ont une main en poche. Donc même les milliardaires ont besoin de se gratter...

15 

Bon, pas vraiment mon truc, je rentre boire un kawa sur Anak.

Pourtant, des copains me disaient du bien d’Oinousa ? Bon, je dois être fatigué.

Rebelote, je repars me balader et vais explorer cette ces ruelles qui semblent partir vers l’intérieur.

Et voilà enfin une nouvelle facette d'Oinousa qui s’offre à ma vue et à mon moral !

Caché par une colline qui longe le port, je découvre tout un village, certes pleins de ruines, mais aussi des maisons sympas, un boui-boui plein de vieux et moins vieux, de la verdure partout, des gens adorables !

Je vais d'abord :-( au boui-boui que j’ai découvert et je m’offre une bière. Je demande une Mythos, et le jeune tenancier, un rien navré me dit n’avoir que de l’Amstel. Pfff, venir en Grèce pour boire de la bière allemande ! Puis il revient avec deux bouteilles ! - J’ai de l’Amstel, mais aussi de la Fix, et c’est de la bière grecque ! Good, good !

Top-là pour la Fix, je connais, elle est légère et délicieuse. Par contre, la bouteille, on pourrait la boire à trois, je vous le disais, tout est ‘mégalo’ ici (en grec : megalo=grand)

28

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Je me régale et vais payer. Oh zut, je n’ai pas de monnaie, et c’est 3€ ! (pfff, cher la bière à Oinousa ! Enfin, vu le volume.)

J’ai à peine 2€ en monnaie et je tends un billet. Pas de monnaie ! Pas grave, je prends ce que vous avez et je vous fais cadeau du reste !

Et voilà, à nouveau la Grèce que j’aime.

- ‘Je vous donne le reste demain, ‘avrio !’

Il éclate de rire : encore un touriste qui dit n’importe quoi et qu’on ne reverra jamais..

Je continue mon exploration.

Mais c’est pas mal du tout Oinousa ! Plus versatile que moi comme jugement, on ne fait pas mieux !

Je rentre.

Demain, Meltem qu’ils disaient à la météo (en réalité, il avait un jour d’avance..), donc je vais visiter à l’aise ce village durant la journée. Puis je devrai acheter du pain.

La facette cachée d'Oinoussa !

Me voilà donc parti ce jeudi-matin à la découverte d’Oinousa, l’authentique !

Marrant, même sur les réverbères, il y a une ancre !

24 

Je commence évidemment par le boui-boui de hier-soir, mon premier kawa du matin, et régler mes dettes, car je ne suis pas un touristequiditn’importequoi !

27

Et ensuite, je fais mon tour dans le village. Voilà  quelques photos..

2921 

 

 

31 

32 

33

3534 

36 

 

3938 

Je trouve, après de longues recherches, le marchand de légumes. Faut deviner, une maison sans rien d’indiqué, là, au bout de la descente.

4040b 

 

A l’intérieur un de ces bazars ! J’achète des pêches, 5 pour 1,8€. Wouaw, ça ce n’est pas cher, elles doivent provenir de l’île. Plus loin, je découvre le petit mini-market de l’île.

41

Je demande où on trouve du psomi/pain et tout le monde me répond en même temps. Ils sont vraiment très gentils ici.  Enfin, au fond d’une impasse en bas d’un escalier : le boulanger. Trop chouette, le pain est au poids, et sort tout juste du four !

42 

 

44 

Si j’avais attendu qu’il soit midi, j’aurais vu les mémères du quartier amener leurs plats de moussakas ou tomates et poivrons farcis pour profiter du four chaud ! Comme quand j’avais 25 ans à Skopelos.

Je passe devant l’église, imposante, un peu tarte à la crème comme toutes les églises orthodoxes récentes. Ils ont pourtant de si beaux vieux monastères.

46Comme vous pouvez voir, a presque tous les coins de rues il y a des maisons en ruines. Elles ont du parfois être très belles à l’époque de la splendeur de l’île !

4745 

 

48  (cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

49Je suis mort, Anak, me revoilà !

Réduire mes photos comme m’a appris Nora, télécharger sur le blog. Ecrire un mot (un mot ? une tartine oui..) et essayer de mettre tout cela en page et en ligne.

Mais je crois que je vais d’abord retourner à mon boui boui boire un petit heleniko. Le kawa n’est pas cher, 1,20€ !

Je croise une garde-coastette. Qu’est-ce qu’elles sont mignonnes en uniforme ! Grand sourire ! Hello, vous êtes du voilier là-bas ? Oui. Demain-matin à 6h, il y a un gros ferry qui arrive, et c’est le seul endroit où il peut se mettre. Vous pourriez vous déplacer ?

Le Meltem était annoncé pour aujourd’hui, mais il était là hier et cette nuit (ce qui ne m’a pas empêché de dormir, tellement j’étais fatigué). Bref, cela souffle, mais bcp moins.

- Où devrais-je me mettre ?

- Oh, là-bas, juste derrière le catamaran si vous pouvez.

Je file voir cet endroit. J’ai à peu près 15 m de quai libre entre le cata et un vedette. Le vent souffle, mais pas trop fort, et il me poussera par derrière. C’est faisable.

Je retourne sur Anak et je prépare tout. Surtout les tangons si quelque chose foire et que je dois m’écarter… des autres.., et une aussière fixée au taquet central d’Anak et toute prête devant la porte de la timonerie.

Dès que je m’approche du quai, je prendrai l’aussière et je saute à terre (c’est mieux que dans l’eau, cela a failli m’arriver une fois L..) et je l’enroule à la bitte d’amarrage que j’ai repérée au centre de mes 15 m.

Et vroum, me voilà parti. Je fais une belle boucle le plus au nord possible, puisque le vent va me pousser vers le Sud. Je m’introduis entre le cata et l’autre bateau. Je sais qu’en marche arrière, l’étrave d’Anak part à tribord et s’écartera donc du quai. Je puis vraiment pointer vers le quai, marche arrière, l’avant s’écarte du quai, remarche avant, et je m’approche ! Le vent commence a me pousser vers le cata où un type se réveille et me crie, - je viens vous aider !

Trop tard, le papilou a déjà sauté à terre, enroulé l’aussière autour de la bitte d’amarrage, et voila Anak qui s’arrête net dans son élan et vient se coller au quai. OUFFF !

Bravo me dit le français du cata. Tu parles ! C’est la deuxième fois que j’ai un bol fou en 24 h !

Me voilà donc plus loin dans le port, et surprise, du 220V devant Anak, et gratos me dit le français.

Je termine donc mon article sans ménager ni la batterie de mon super PC, ni celles d’Anak qui sont en pleine charge grâce au 220V ! Cela me donne le temps de corriger les fautes. Enfin, quelques-unes..

51Demain, encore ce Meltem de 2 jours qui était annoncé ? Terminé pour de bon ou non ?

Puis tant pis, je vais aller faire une balade sur l’île, et je partirai peut-être samedi. L'électriçité est gratuite ici dans le port, autant en profiter pour booster les batteries. Et j’ai le temps.

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Voyages en voilier en Méditerranée. Algérie à la voile.

Que sont devenus Les ex-moussaillons 'Anak ?

Pages

Hébergé par Overblog