Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Changement de programme et retour vers le beau détroit d’Eubée, et le petit port de Chalkoutsi.

 

J’étais rentré à Egine avec Nora et Franck le 16 octobre.

Le lendemain-matin, Nora et Franck ont pris un hydroglisseur Dolphin pour aller au Pirée, et de là le bus X96 qui mène droit à l’aéroport.



Le soir même, ils retrouvaient leur petite fille chez eux à Lyon. Elle devait être contente, Lou, de voir enfin ses parents ‘pour de vrai’ et non sur un écran d’ordinateur grâce aux Webcams. Terminée, la corvée d’essuyages d’écran après que Lou l'inondait de baisers baveux pour maman et papa qui étaient 'dans l’ordinateur' !

Sur Anak, grand ménage et grandes lessives.

Nora, ce n’est pas une chevelure, mais une véritable toison, et qui en sème partout. Absolument incroyable.

Aujourd’hui, mi-novembre, j‘en trouve encore !

Je me renseigne pour la confirmation d’une possibilité d’hivernage dans la marina d’Egine. 'Faisable', me dit le responsable du port, mais il ne pourra pas m'attribuer de place fixe avant mi-novembre.

Pendant ce temps là, mon ami Gregory du chantier Asprakis passe voir Anak et me confirme qu’en février/mars, je pourrai mettre à Anak au sec dans son chantier à Souvala, un village au nord de l’île. Mais il est un peu vague sur les prix, des amis me préviennent de faire attention aux surprises.

Beaucoup de bavardages sympas avec mes voisins grecs, ceux qui avaient gardé la place d’Anak libre pendant notre virée d’une semaine à Poros.

Mais un soir, on m’annonce que le propriétaire de ma place risque de rentrer le lendemain-matin très tôt, venant de Sounion.

Du coup, je décide de changer de place de suite, tant pis s’il fait déjà nuit.

J’avais repéré une place de l’autre côté du ponton, assez étroite, mais les pendilles avançaient loin dans l’eau, tant pis, je tente le coup.

J’avertis mon voisin grec, un peu inquiet : « Tu vas pouvoir maneuvrer ton gros Anak dans le noir ? C’est étroit pour virer et il y a des pendilles partout ! »

Il me promet de m’attendre sur le ponton pour me présenter ma pendille et attraper les amarres. Ceci est bien plus important pour moi quand on est seul à bord.

Ma hantise, c’est de culer au quai avec la longueur de chaîne exacte avant qu’Anak ne cogne le béton, et sauter à terre avec une amarre en main pendant que la chaîne, déjà à nouveau tendue, n'écarte Anak du quai. J’avoue avoir déjà eu de fameuses frousses ! Et il ne faut pas lâcher l’amarre pendant le saut. Sinon Anak repart tout seul ! Et je n'ai plus 20 ans :-(

Bon, j’y vais, je me présente à l’entrée du bassin entre les deux pontons pour aller me faufiler en marche arrière. Ce n’est pas le plus facile avec une quille longue, mais mon pas d’hélice va justement me permettre de virer très court dans ce sens là, et me faufiler entre les pendilles et les bateaux voisins. Tout va bien. En face, un type sur un bateau entend le bruit du moteur d’Anak, il fonce à l’avant de son bateau. Il verra l’ancre à poste d'Anak passer à moins de 40 cm de son étrave au moment ou je vire dans le noir.  « Bravo » qu’il hurle !

Le copain grec est là, prend mes amarres, je fixe la pendille à l’avant et tout est ok.

J’avais bien fait, à 5h du matin se pointe le voilier du propriétaire de la place où j’étais hier !

Ouf.

Apparemment, le prix pour hiverner a un peu augmenté, les pontons sont de plus en plus en mauvais état, et ma nouvelle place est provisoirement libre pendant 3 jours, pas plus.

Tout cela me donne bien envie de partir faire un tour, l’hiver n’est pas encore là.

Je pensais aller vers le Péloponnèse, Porto Chelli, rade très abritée. Mais arrivent des courriels de copains m’avertissant : attention, pas de place en hiver.

Arrive aussi alors un courriel de Thierry, le skipper de Troll.

« Viens, nous sommes toujours à Chalkoutsi où tu étais passé, le responsable du port a dit qu’il te donnerait une place pour l’hiver. Et tu pourras mettre ton bateau au sec chez Zacharias que tu connais. »

L’idée d’hiverner une deuxième fois au même endroit n'était pas vraiment ma tasse de thé. Alors, pourquoi pas? Je connais Chalkoutsi, petit port privé hyper abrité, et il y a du monde sympa dans le coin, fort joli par ailleurs, car comme décor : tout Eubée en face avec Eretria. Et en bus, on n’est pas loin d’Athènes.

Puis, le détroit d’Eubée, c’est ma route pour remonter vers le nord au début du printemps !

Enfin, vu l’état des pontons à Egine, je serai moins rassuré de laisser Anak ici en cas de tempête, qu’à Chalkoutsi. Je compte profiter de l’hiver pour faire au moins deux AR en France et un en Belgique. C’est que j’ai envie de voir de temps en temps grandir mes deux petits-enfants ! Et l'hiver est la saison idéale pour cela.

Il ne faut pas 24h pour me décider, et le 22 au matin, Anak quitte Egine.


1 - Egine - Chalkoutsi dans le détroit d'Eubée
Tout va si bien à bord : vent, ou risée moteur…, que vers 13.00h, je passe devant Sounion et son temple pour la 3ième fois, mais cette fois avec des couleurs automnales merveilleuses.


A 17,30h, je m’attache à un corps mort à Porto Rafti ! C’est du voyage éclair !

Ayant déjà commenté ce trajet, dans l’autre sens, (voir: d'Eretria à Porto Rafti) je me contenterai de montrer quelques photos.


Toujours le majestueux temple de Poséidon en haut du cap Sounion. Lors de mon dernier passage, j'avais jeté l'ancre en face du temple.

Le détroit d'Eubée, en automne, est une merveille.

Lîle de Nisis Raftis, à l'entrée de la baie de Porto Rafti. Au sommet de l'île, il y a une grande statue qui date probablement de l'époque romaine, et qui représente un 'tailleur', d'où le nom actuel du port : Rafti = tailleur.

Anak au mouillage à Porto Rafti
J’ai avantage à me dépêcher, ou alors je risque de me faire coincer à Porto Rafti ou dans un abri au mouillage, ils annoncent un coup de vent !



Départ à l'aube et en route pour Chalkoutsi !



Ce n’est pas peu dire, le lendemain, 23 octobre, je hurle dans le port de Chalkoutsi : « hé ho, Troll ! Venez m’aider à prendre mes amarres ! »

Ils n’en reviennent pas non plus : « Mais avant-hier, tu étais encore à Egine ? »


2 - L'électricité sur Troll de Françoise et Thierry.
Le pire, c’est que ce salaud de Thierry arrive le lendemain :

« Dis donc, tu te rappelles? Tu m’avais dit un jour adorer installer l’électricité à bord d’un voilier »

L’immonde bonhomme ! Piégé qu’il est le belge !

A vrai dire, il change le moteur sur Troll, et c’est le moment ou jamais de faire un grand ménage dans les spaghettis de fils, connexions douteuses, etc, du bateau. Et lui n’y connaît rien. Puis bon, les copains...

Bon, je ne vous raconte pas la suite, Thierry fait cela beaucoup mieux sur : http://lepetitmondedetroll.fr/janvier20092/index.html
 

Nous sommes le 18 novembre. Lundi prochain, je prends l’avion pour Paris, puis le TGV pour la Bourgogne.

Bien des choses se sont passées depuis mon arrivée. L’électricité de Troll est refaite à 90%, reste quelques détails a terminer, ‘peut-être’ avant mon départ....
Ce fut très dur ! J'ai menacé Thierry de faire la grève, tellement j'en avais marre de son souk de fils:

Quel souk !
Je menace de faire grève !

Thierry me menace, si j'abandonne:

Je fais la gueule :
mais un jour, tout remarche ! Je n'en reviens toujours pas...

photo tableau Troll modifié, nouveaux voltmètres, 3 nouveaux coupleurs pour la gestion, etc..

J'écris : 'à 90%' pour le plaisir de voir Thierry paniquer à l’idée de me voir partir avec des trucs en rade au niveau électricité ! Surtout que, perfide, je lui signale que j’ai pris un Aller simple, ne sachant à quelle date je revenais.


3 - Mondanités en Eubée.
Il y a aussi les AR à Athènes en voiture, les visites chez les copains, ou les copains à bord de Troll ou Anak.
La rencontre d’un couple catalan hyper sympathique, Angela et Antonio, qui vivent dans la bonne humeur permanente et retapent leur bateau, au sec dans le chantier de Zacharias, où Anak ira les rejoindre en février. Avec eux, on passera tous ensemble des soirées très sympathiques sur Troll.
Ambiance catalane sur Troll à la lueur des lampes à pétrole:






Et les deux déconneurs:

Il y a Philippe et sa femme, grecque. Lui fait du charter depuis très longtemps en Grèce. Ils ont une fille qui est au lycée anglais d’Athènes.

Il y a le voilier Tombouctou à Chalkis, où on retrouve à nouveau Philippe, et sa femme,
Et tant d'autres rencontres. 




4 - Les soirées crèpes sur Troll.



5 - Quelques photos de Chalkoutsi :







L'île d'Eubée, juste en face d'Anak
Voilà, ma M.A.J. est terminée. Je reprendrai à mon retour de France en ouvrant une nouvelle rubrique : 'Travaux sur le plancher des vaches.' :-)

Car en France, je vais aider Lisa à effectuer des travaux dans sa nouvelle maison. La maison familiale qu'à conservée leur mère a besoin de trente-six mille petits travaux d'entretien. 

Bref, quelques semaines bien chargées avant mon retour avant Noêl à Chalkis.

Et après? Ca c’est une autre histoire.

Et priez pour que je n’attrape pas la 'fameuse' grippe A !

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Voyages en voilier en Méditerranée. Algérie à la voile.

Que sont devenus Les ex-moussaillons 'Anak ?

Pages

Hébergé par Overblog