Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles avec #vagabondages

15(7) - Mai - Le monastère de Ioannis sto Kastri, ou la plus jolie route de Skopelos

 

Pansement refait ce matin, grâce aux petits doigts habiles de Stéphanie, je décide d’aller en scooter faire des ‘grandes’ courses au supermarché Dia à 3 kms de Skopelos sur la route de Glossa.

Je reviens avec 4 sacs plastiques du supermarché plein de choses de bases, papier WC, Sopalin, miel, etc. et qui sont moins chers au Dia. Tout cela est coincé entre mes pieds sur le marche-pied du scooter.

Ensuite, rapide repas de midi à bord, et en avant, je retourne vers Glossa voir mon monastère, que j’ai raté hier à cause de ces sales gravillons sur la route.

Mon pied va bien, mon coude finira bien par cicatriser, et il fait beau !

Arrivé à Agnondas, je m’arrête, cette fois non pas avec Anak, - c'était devenu une habitude - mais en scooter pour boire un café. A peine assis, que c’est petit une île, arrivent mes amis de Mayero. 

01-les-MayerosEux, ce n’est pas pour un café, mais pour y manger. Si j’avais su, j’aurai laissé ma salade de tomates à bord et je serais venu manger avec eux dans cet endroit idyllique au bord de l’eau

(cliquer sur les images pour les agrandir )

Tant pis. Je repars en direction de Glossa. Juste avant le village, je tourne à droite, direction le monastère Ioannis Sto Kastri. Une merveille !

La route est magnifique, très verte, bordée de genêts en fleurs comme partout sur les îles vertes en Grèce. Des vues sur la mer et les îles d’Alonisos et Pelagonisi, puis après un tournant, au loin : mon monastère perché en haut de sa pointe rocheuse.

02-rte-vers-monastere03--rte-vers-monastere

 

04--rte-vers-monastere

(cliquez pour agrandir)

La route descend peu à peu en zig zags.

Vous pouvez me croire, pas un gravillon qui pourrait rouler sous la roue avant du scooter

ne m’échappe !

J'aperçois de loin mon monastère sur sa pointe rocheuse dans l'eau.

05--rte-vers-monastere 

 

Et le voilà. Que c’est beau.  

07-monastere-au-loin 

Il ne reste plus qu’à monter là-haut par un petit escalier taillé dans la roche et qui flirte avec un vide impressionnant.10-montee-monastere

(cliquer sur les images pour les agrandir )

La côte est sauvage et belle de chaque côté du rocher.

09-côte

'est impressionnant.

..Lisa! J'ai le vertige. Nora se marrerait, elle ne sait pas ce que c'est, le vertige..

11-montee-vers-monastere12-vue 

(cliquer sur les images pour les agrandir )

15-montee-vers-monastere 

Ca y est, je suis en haut, devant moi, le joli portail d'entrée du monastère. Il se mérite ! 16-montee-vers-monastere

17-entree-monastere 

 

Le monastère lui-même est mignon, sans plus. Ce qui est impressionnant, c'est de voir des arbres en haut de ce piton rocheux.

18-monastere19-monastere

21-monastere 

 

Les toilettes...22-WC

 

Et bien-sûr, l'intérieur de la petite chapelle :24-chapelle  

26-chapelle

Et surtout ne pas trop se pencher au-dessus des balustrades : 

20-vue-depuis-monastere23-vue-depuis-monastere

Bon, assez d'émotion, je redescends. C'est encore plus impressionnant, étant obligé de regarder vers le bas. Une vrai plongée !

(cliquez sur les photos pour les agrandir) 

28-redescente

Mon scooter m'attends sagement.

Ciao, beau monastère !

30-monastere 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Je retourne vers Glossa, toujours cette belle route, le tournant où je me suis cassé la gueule hier, un joli potager le long de la route où un homme me crie bonjour et me demande de quel pays je viens. Le petit port de Loutraki en-dessous de Glossa.

32-glossa-loutraki

 

34-vue-depuis-glossa

Et voilà un autre coin féerique de Skopelos

 

 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

15(8) - Mai - De Skopelos à Limnos (Nord Egée)

A peine levé, je donne vite un dernier coup de fil via Skype à Lisa, toujours dans nos calculs, budgets, recherches vols pour cet été, et ça y est, je fonce acheter du pain et je puis partir. La pauvre, elle sort de sa douche et cela sent l’absence du premier café..

Presque pas de vent, comme d'hab quoi. C'est même agréable, je défais les amarres, et j'ai le temps de ranger le pont, la petite brise me pousse loin du quai sans autre manœuvre.

Bien dégagé des autres voiliers à quai, je mets mon hélice en route et je quitte le joli petit port de Skopelos.

01-adios-skopelos 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Je file droit sur Alonnisos, passant devant le cap Est Ak Kiourto, puis le sud de la petite île Ay.Yeoryio pour rejoindre le cap sud-est Ak Notos sur l'île d'Alonnisos.

02-Alonnisos

04-gros-plan-chora 

La lumière est superbe. Pour la XXième fois, j'admire le vieux village d'Alonnisos en haut de sa colline, éclairé par le soleil très matinal encore.

Je passe devant le petit port de Patitiri, où je me suis arrêté deux fois en 2009; il est vide ! Pas un voilier en vue !

05-Patitiri 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

La côte est d'Alonnisos est belle, on ne s'en lasse pas, c'est varié, les maisons et résidences d'été sont discrètes, les couleurs vont du vert ou au rouge terre de Sienne des falaises plongeant dans l'eau.

07-cote-Alonnisos

J'arrive dans le chenal entre Alonnisos et Peristeri, une grande île déserte à l'est d'Alonnisos.

09-sortie-chenal-alonnisos-&-peristeri 

Je sors enfin du chenal et devant moi je vois Pelagos. Les grecs ont le don de nous compliquer la vie. Pelagos sur une carte. Pelagonisi sur une autre, Panayia sur une troisième. Dans un livre, lequel de ces noms est indexé? Faut-il encore les connaître.

Je passe près du cap Peristeri au nord de l'île. Le cap est déchiré par les courants et les vents du nord.

10-cap-peristeri 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Peu ou pas de vent, ou pétole totale..

Ce sera ainsi jusque Pelagos, mais j'aurai fait un tiers de la route sous voile, quel record!

Je longe l’île. Je ne connais pas sa côte est. Au printemps 2009, j'étais déjà venu ici, mais pour aller m'abriter de suite dans la grande baie au sud de l'île, Ayios Petros et Ormos Paigniou.

C'est grandiose et très sauvage.

17-pelagos15-pelagos 

 

Arrivé au nord de l'île, je cherche l'étroite entrée de la baie de Planitis. Cette entrée fait à peine 80m de large, mais après, on découvre une immense baie abritée de tous vents. 

21-nord-pelagos22-entrée-abri-planitis

 

 23-entree-planitis

Pelagos est une réserve naturelle. Elle est habitée par : des chèvres, quelques vaches et quelques chevaux, un gros taureau noir parait-il (peut-être une légende pour ne pas nous encourager à débarquer :-) ou aller attraper un petit chevreau. Mmmmmm…

C'est aussi un habitat du phoque-moine de Méditerranée, mais on n'en voit plus guère.

Autour de l'île, on a aussi découvert plusieurs épaves byzantines.

Majestueux, cette entrée dans Panagia, déserte. Que cela fait drôle de se retrouver avec Anak dans cette baie isolée et inhabitée.

26-planitis 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

La nuit tombe. Je suis fatigué. Beaucoup de stress ces derniers jours pour l'organisation d'un éventuel séjour de Lisa, Oscar et Gilles cet été. Pas simple avec un bambin d'un an et demi. Je me découvre plus inquiet et préoccupé pour Oscar qu'à l'époque où mes filles avaient cet âge là. Pfff, ce doit être l'âge.

Il fait noir, soudain, du bruit et des lumières sur l'eau.

C’est un chalutier de pêche qui vient, lui aussi, jeter l'ancre pour que les marins puissent dormir tranquille.

Devinez qui se lève à l'aube ?

Un certain belge et mes marins!

On se fait des grands bonjours, comme si les cinglés du lève-tôt faisaient partie d'une communeauté à part, presque des extra-terrestres..

C'est que j'ai 55 miles à tracer si je veux arriver avant la nuit à Limnos.

Pas d'internet, car évidemment, pas de relais sur une île inhabitée. Mais ma météo hier était bonne, et le Navtex lui capte et n'annonce pas de coup de vent ou 'gale warning'.

Sortir de Panagia est un rêve. En face de moi, un grand rocher dans l'eau, et le soleil levant qui se cache derrière. La lumière est fabuleuse, vive le mois de mai !

Enfin du vent...

La traversée vers Limnos fut longue, pas même un dauphin pour me distraire. Une brise légère de travers durant quelques heures pour m'occuper aux voiles.

Enfin du vent !

 12-du-vent 

Heu, non, plus de vent !

 

13-fini-le-vent 

Mais j'avance bien, car à 16:30h, je suis devant le port de Limnos : Mirina.

Oh, rien à voir avec cet écrin de verdure qu'est Skopelos au milieu des eaux turquoises. C'est complètement différent. La forteresse qui surplombe le port, le petit port sans le moindre chichi.

6 voiliers au quai, 3 au mouillage. Tous des bateaux de voyage privés.

Je trouve un espace entre deux voiliers pour me mettre cul au quai. Je dois m'y reprendre à trois fois. Le courant est très fort et me fait dériver en marche arrière à cause de ma quille longue.

Vrai que je ne suis pas très doué ni malin. La troisième fois, je me mets dans le courant à plus de 5 m de mon espace. J'enclenche ma marche arrière, le temps qu'Anak se stabilise et recule comme sur un rail, j'arrive pile devant mon espace libre, je lâche 40 ml de chaîne pour rentrer sans rien toucher entre mes deux bateaux.

Un propriétaire d'un bateau voisin vient attraper mes amarres, et voilà! C'est fait !

Une ultime marche arrière à fond pour voir si l'ancre a bien crochée, et je puis couper le moteur.

 

01

Vous savez quoi ?

Je crois que je vais tomber amoureux de Limnos, l'authentique.

A bientôt. 

 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

16 - Juin - Le petit port de Mirina sur l'île de Limnos.

 

Anak est donc amarré au quai des visiteurs de Mirina.

(voir : (9) De Skopelos à Limnos (Nord-Egée)01 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma première découverte du port sera brève, car je viens d'arriver. Mais je le sens, je vais adorer cet endroit.

On est loin des cartes postales des Cyclades, on est loin de la multitude de terrasses/tavernas et des boutiques pour touristes du joli petit port de Skopelos.

Tout est simple, authentique. Deux petites agences de voyage qui proposent des locations de voitures. Une ruelle montant dans la petite ville pleine de magasins, boulangers, légumiers, mini-markets, quincailleries, boutiques de fringues. 

0305 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0706 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(cliquez pour agrandir les photos) 

Au fond du port qui forme une petite baie intérieure, un petit port de commerce pour que les cargos puissent alimenter l’île.

Pas de grands hôtels, pas de tavernas luxueuses. Une plage, quelques voiliers au mouillage. 6 à 7 voiliers au quai, dont Anak. Pas de voiliers de location, du moins pour l’instant.

Dès mon arrivée, je suis accueilli par des cris d’enfants.  

0204

(cliquez pour agrandir les photos) 

Ils jouent à l’entrée du petit port de pêche. Plongeons dans l’eau, cris joyeux. Tout cela est bien agréable.

Cela sent le souffre chez les dieux à Limnos ! 

Limnos a un passé mythologique important. Il paraîtrait qu’Héphaïstos (Vulcain) avait reproché un jour à Zeus de mal traiter Héra. Zeus ayant sale caractère, il projeta Héphaïstos du haut de l’Olympe, et ce dernier tomba sur Limnos ! Mais il se brisa les deux jambes. Le mythe prétend qu’il se fabriqua alors deux jambières en or pur. On ne l'appelait pas le dieu du Feu pour rien. Il enseigna aux habitants l'art des métaux.

Mais, il y a mieux !

L’île avait mauvaise réputation dans l’Antiquité. Cause : ‘l’acte de Limnos’.

Les femmes de l’île ne voulaient plus honorer Aphrodite, la déesse de l'Amour, mais surtout l'épouse infidèle d'Héphaïstos, attristé par les nombreuses aventures de sa femme avec d’autres dieux et mortels. Aphrodite, furieuse, jeta alors un sort sur toutes les femmes de l’île.

Elles allaient sentir tellement mauvais que leurs maris se détourneraient d’elles.

Furieuses, les femmes de Limnos tuèrent leurs maris. On ne rigolait pas à l’époque.

Bref, plus un seul homme sur l’île. Seul le roi Thoas réussit à s'enfuir, aidé par sa fille Hypsipyle.

Tiens, Nora, tu cherches des prénoms simples pour ta future fille :-) ...

Hypsipyle devint ensuite la reine d'une société exclusivement féminine.

Arrivent alors José et les Anako…, pardon, c’est un lapsus clavier…, Jason et les Argonautes, en route pour la Colchide à la recherche de la Toison d'Or.

Ils découvrent l’île pleine de femmes esseulées et du coup restèrent un petit temps sur l’île, le temps de la repeupler. :-)

Voilà pour Limnos.

Et le petit port de Mirina ? A lui seul, il mérite ce petit article et les photos qui suivent.

0809 

1011 

Ca y est, j'ai trouvé mon boui-boui préféré pour le kawa du matin !

21

1213

(cliquez pour agrandir les photos) 

20

J’adore cet endroit et j’espère bien en trouver d’autres dans cette Grèce du Nord si accueillante.

22

1415

23 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24 

16 

17

Demain je vais louer une voiture, visiter l’île, le site de Hephaestia, une cité de l’Age de Bronze.

1819

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25

26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (cliquez pour agrandir les photos)  

A 7 miles de la côte est, on a découvert des blocs de marbre dans l’eau près du récif de Charos. C’est peut-être la cité antique de Chryseis qui, selon Hérodote, fut engloutie lors d’un tremblement de terre.

J’irai aussi visiter la magnifique forteresse génoise qui surplombe le port.

Et avec Anak, j’irai découvrir tous les beaux mouillages autour de l’île.

Tout cela fera l’objet d’un prochain article sur l’île de Limnos.

En attendant, les photos 'bonus' prises lors d'une balade dans le village qui  s'étend aussi au bord de l'eau de l'autre côté de la forteresse :

P1010690

P1010691

P1010692

P1010694

P1010696

P1010698 

P1010699

P1010700

P1010701

P1010702

P1010704

P1010705

P1010706

P1010709

P1010710

P1010711

P1010712

P1010713

 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

16(02) - Juin -  Le Kastro qui surplombe le port de Limnos.

 

01 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

Forteresse byzantine, Kastro domine la ville et le port de Myrina à Limnos.

Construite sur un cap rocheux, la forteresse a été construite par l’empereur Andronikos Comnène au VII siècle, puis a été consolidée et agrandie par les Vénitiens. On dit que ses fondations datent des temps Classiques, quand sur le site était construit un temple dédié à Artémis. Il y aurait eu toute une petite ville.

Après les Vénitiens, les Génois l’ont transformée, puis les Ottomans qui envahirent l’île en 1478.

L’endroit est impressionnant, mais fort abandonné.

L'ascension vers le fort se fait par des ruelles dans le village. Pas évident à trouver, le chemin est raviné et caillouteux, rien n'est fait pour encourager la visite du Kastro.

Mon pied réclame. Sa 'scooterisation" = cicatrisation, est longue, brûlures dues à la glissade dans les cailloux et l’asphalte. Ca tire, mais ne peut faire que du bien.

19 

20

P1010795 

P1010798

02 

Enfin l'entrée du fort.

On trouve par terre des bouts marbre, des morceaux de colonnes très fines, etc.

Le plus impressionnant est la vue sur la mer, et surtout sur l’île de Limnos.

03

04 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(cliquez sur les photos pour les agrandir)

12 

On découvre alors une multitude de ports naturels et on comprend pourquoi Limnos est considérée comme une des plus belles îles du nord de la mer Egée. Les sites archéologiques y sont nombreux, et je compte les découvrir demain en voiture. Ce sera le sujet d’un article pour mardi, journée à bord, car un coup de vent du Sud annoncé !

En me baladant dans le fort, je découvre des tas d’entrées de souterrains, des bouches d’aérations au milieu des herbes, et qui laissent deviner la multitude de galeries souterraines taillées dans la roche.

P1010801

P1010806

P1010826

 

P1010829

P1010833

P1010841

05

06 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A nouveau, un drôle de mur surgit de terre. Je m'approche pour découvrir : 

07 

une construction dont la toiture est faite de dalles de pierre massives.

P1010842

P1010844

P1010846

P1010847

P1010850

Peu importe l'endroit où je me trouve, la vue est magnifique, les à-pics vertigineux.

P1010851

P1010852

07b

10 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(cliquez sur les photos pour les agrandir) 

11 

P1010853

25

P1010859

1213 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 

16 

P1010861

P1010862

Limnos est restée très longtemps peu touristique, car c’était une base importante de l’armée grecque. C’est peut-être pour cela aussi que le tourisme s’y est très peu développé, et que l’île a gardé autant d’authenticité.

Curieusement, on y rencontre des daims mi-sauvages. Pour pouvoir les photographier, il faut les surprendre sans le moindre bruit. Si seulement Lou & Oscar étaient là!

Enfin..., bon, pour les approcher sans bruit :-(

P1010858

08 

17

P1010816 

J'aimerais repartir par la tourelle du pavillon grec, au bout de ce rempart.

Au bas du mat, un petit escalier taillé dans la pierre permet de rejoindre le chemin vers l'entrée.

Brrr, impressionnant, le mur à traverser, une partie est refaite, l'autre pas, et c'est étroit..

P1010863

J'avoue ne pas avoir fait trop le cake, et comme il est tôt ce matin, personne n'a vu que j'ai vraiment eu la trouille. A quatre pattes au moment du passage vers le bout en ruines. Bon, il faut croire que le vertige, cela revient avec l'âge.

Mais je suis de l'autre côté ! :-) (Heu, en me tenant bien au mât du pavillon grec..)

P1010864

 

23

 

24

 

26

Par contre, la vue en plongée sur le port et Anak.., et vive le zoom!

P1010865

Tiens ! encore des bouts de colonnes qui traînent..

P1010871

 

22

27-bout-colonne

18 

Quand il fait très beau, on voit au loin le Mont Athos (2033m) surgissant de la mer. En sortant du fort et avant d’entamer ma descente vers le port, j’ai croisé un vieux bouc solitaire qui ne m’a pas jeté un regard.

Il n'y a même plus de solidarité entre vieux solitaires!

 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

17 -  Juin - LESBOS (Sporades de l’Est – Mer Egée Nord-Est)

10 juin, Anak quitte le port bien sympathique de Limnos pour une traversée de plus de 64 miles nautique vers Lesbos. Vent de travers idéal, et Anak déploie ses voiles, il faut toujours profiter de ces moments privilégiés en Méditerranée.

Mais c’est crier hourra trop vite, car la mer est déchaînée ! De 5,45h du matin à 18.30h du soir, Anak a tangué dans tous les sens, malgré l’appui du vent sur les voiles. C’était tout simplement crevant ! On rêve d’Atlantique durant des journées comme ça !

Par contre, on pardonne tout à cette mer Méditerranée volage qui n’en fait qu’à sa tête dès qu’on arrive dans un port.

La petite ville de Mithmina (ou Molivos) ne va pas décevoir. Mon premier port sur l'île de Lesbos !

P1010984

Un petit voilier contre deux chalutiers, et un gros voilier qui est amarré le long du quai. Si je veux me mettre cul au quai avec l’ancre mouillée à 40 m, vu le vent de travers, je risque bien d’aller me planter dans la grosse ancre du voilier qui semble n’attendre que cela. Personne sur le quai pour m’aider.

Tant pis, je me mets donc aussi le long du quai, et une fois amarré, je vais chez les garde-côtes.

La question rituelle dans cette partie de l’Egée Est : - « Vous venez d’où ? »

Surtout n’allez pas répondre de Turquie, même si c’est vrai, car alors, paperasses, etc…

Je réponds Limnos en leur donnant ma lettre de pavillon avec le papier reçu des gardes-côtes de Limnos. Grand sourire, 3 minutes plus tard tout est OK. Ils n’ont même pas regardé ma lettre de pavillon, la fiche que j’ai remplie moi-même suffisait. Je leur explique que je me suis mis le long du quai, vu le vent et le risque de finir contre l’étrave du seul bateau déjà sur place. Ils me disent avoir bien fait avec ce vent, et, dès que ce sera plus calme, je ferai ma manœuvre cul au quai à l’aise. Les gardes-côtes sont très sympas partout et je reste étonné par ces gens qui s'en plaignent sans arrêt. Arrogance, manque de patience?

Je ne m’attendais pas à un endroit aussi sympathique et vraiment très différent des Sporades de l’Ouest, résultat, on est le 21 juin, et je suis toujours là !  :-)

P1010998P1020017

 

P1020016 

Vous retrouverez ces photos et beaucoup d'autres dans l'Album Lesbos -Mithmina/Molivos 

P1020014 

Quelques jours plus tard, Thierry et Françoise de Troll sont venus jetér l’ancre pas loin d’Anak.

Thierry-et-Franc.jpg

Françoise & Thierry à Elios - été 2009

Ils avaient un ami à bord qui avait un avion à prendre à Limnos. Ils sont donc partis dès le lendemain pour Limnos, le vent étant favorable, et il faut en profiter tant que cela dure !

surTroll18062010.jpg copyricht http://lepetitmondedetroll.fr

On a quand-même eu le temps de boire un café sur Anak, et de passer une soirée bien sympa sur Troll, qui était à l’ancre juste en face de la colline de Mythmina, toute éclairée. C’était absolument magnifique. 

P1020071

Vous retrouverez ces photos et beaucoup d'autres dans l'Album Lesbos -Mithmina/Molivos 

Mon programme ? Cool !

Jusqu’au milieu de cette semaine sont annoncés des vents assez violents. 5à7 Bft. Et un peu de pluie. Dès que tout cela sera passé, je pars vers la côte Est de Lesbos pour descendre peu à peu vers Mytilène et Plomarion. Je ne donne pas de calendrier, vous me connaissez : j’arrive à un endroit en prévoyant y rester deux jours.. C’est chouette ? J’y suis encore 10 jours plus tard ! Et cette route est belle ! Il y a des petites îles...

Lesbos étant la 3ième île la plus grande de Grèce après la Crête et Eubée, j’ai de quoi m’occuper. Les gens sont hyper sympas ici. Qquelques étrangers se sont installés sur l’île dont un ami hollandais qui a des chambres d'hôtes ici à Molivos. 

Lesbos a l'avantage d'être reliée à Athènes par avion avec 3 à 4 vols journaliers.

L’autre soir, je suis allé manger un saganaki tiri (un fromage frit) et une délicieuse moussaka dans un petit restaurant du port de pêche, on dit que c’est le meilleur. Avec cela je commande éna potíri simi kokkino (un verre de vin rouge), mais comme par la suite j'en ai reçus pas mal, je ne sais plus très bien comment je ne suis pas tombé à l’eau en sautant sur Anak !

Voilà pour l'ambiance chaleureuse du coin. 

Molivos-port

Je profiterai aussi de cette longue escale d'été pour faire un saut sur l’île d’Oinoussa et Chios au sud de Lesbos.

Vu ce vaste programme à Lesbos, je ferai surtout une série d’albums photos, un album pour chaque endroit où je resterai un peu.

Le premier album est donc celui sur Mythmina / Molivos Île de Lesbos.

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

18 - juillet 2010 - Loutra à Lesbos (Sporades de l'Est/Egée NE)

Les albums photos de l’été, c’est bien, mais je désirais quand-même vous faire partager juste une journée avec Anak à Lesbos. La chaleur me rendant paresseux, je recommencerai des articles plus complets quand je quitterai cette île merveilleuse.

Une journée à Loutra – île de Lesbos.

Après Plomary et son petit port bien sympa, (voir album Plomari) je suis retourné à Mytilène.

Courses produits de base au supermarché Spar dans le port, et surtout, méga-lessive, plus de 15 kgs de linge sale à laver. Draps de lits, housses de couettes, grandes serviettes, jeans et j’en passe. Je n’ai plus trop le courage de faire cela, bien imparfaitement, à la main. Puis, l’eau est plus rare. Tant pis, 3 machines à 8€ les 5 kgs, lavés séchés. Mais du travail parfait, même mes torchons de cuisine redeviennent blanc (enfin, un peu..)
J’en ai eu vite assez de la ville, et la météo annonce plusieurs jours de Meltem, ce vent du nord qui est à la Grèce ce que notre Mistral est dans le Sud de la France.

Comme je dois attendre que ce coup de vent passe, plutôt que de chercher des petits mouillages isolés en bord de mer où Anak risque de danser beaucoup dans la houle créée par le vent, je préfère la grande baie intérieure de Géra et sa petite anse de Loutra trop sympathique. (voir album Loutra)

J’y retourne !

Loutra est à 15 miles de Mytilène et comme le Meltem (NE) a commencé à souffler, ce sera une navigation sud bien agréable durant les premiers 10 miles.

Je sors du port de Mytilène après une dernière visite chez les coastguards pour payer la taxe du port, je passe devant le petit bistro sympa au milieu du port et en route vers le Sud.

01 bistro port mitilini(cliquez sur les photos pour les agrandir) 

A quelques miles, le petit aéroport de Lesbos en bord de mer.  

02 aeroport mitilini

Puis ces deux curieuses éoliennes dont l’installation fut financée par la C.E.E. Inutile de dire que ni l’une ni l’autre ne marche. Une a d’ailleurs une pale complètement détruite. Encore de l’argent du contribuable européen jeté par la fenêtre, sans aucun contrôle de ce que l’on en fait. Ici, deux éoliennes, de marques différentes…, aberration totale. No comment.

03 eoliennes CEE

04 eoliennes CEE 

Arrive l’entrée majestueuse de la baie de Gera. 

04 soleil sud lesbos05 petit Meltem

06 entree baie gera 

La petite maison sur son cap qui me fait rêver.., et voilà l’anse de Loutra.

07 j achete

Au fond, le petit port de Skala Loutra, son chantier de réparations de caïques, et sa taverna. Sur la colline, dans le fond, le village de Loutra. 

09 port de peche loutra08 entree baie de loutra  

10 john 

Je vois à l’ancre un petit voilier qui ne semble pas avoir bougé depuis mon dernier passage. C’est John, un anglais. On se connait depuis longtemps.

Il se sent tellement bien ici qu’il a décidé d’y attendre sa femme, psychologue, et qui le rejoint tous les 2 à 3 mois. Je l’avais déjà rencontrée il y a quelques semaines à Molivos.

Elle a son cabinet à Heidelberg en Allemagne où ils vivent tous les deux quand ils ne naviguent pas.

Chouettes retrouvailles, premier apéro à bord chez lui, et deuxième...  

11 anak depuis bateau john

ben..., à la taverna !

12 nos bateaux depuis taverna 

Les rafales de Meltem balayent par moments le mouillage, se faufilant par un creux entre deux collines, dont une est justement habillée par ce beau petit village de Loutra situé à deux kilomètres dans les terres.

Anak frémit alors sous la rafale, tend sa chaîne comme une corde de violon, part tribord, puis babord pour revenir s’aligner face au vent. Mais le vent ne lève pas la moindre houle dans cet endroit abrité, et c’est cela aussi sans doute qui le rend aussi confortable.

Dans cette anse, la profondeur de l’eau est de plus ou moins huit mètres, et avec un fond de grosse vase collante. Quand l’ancre d’Anak plonge là-dedans, avec sa pointe modifiée par mes soins, elle accroche de suite, se plante, et se laisse aller à creuser un sillon toujours plus profond. Je lâche 50 ml de chaîne. Pour être certain de sa tenue, dès que je sens qu’elle creuse, je mets plein gaz marche arrière. Anak se rue en arrière, la chaîne se tend au maximum, et l’ancre en forme de soc de charrue s'enfonce encore plus profondément dans le sol.

Je puis alors abandonner Anak avec des forces 6 ou 7 Bft et aller faire mes courses sans autres soucis.

Mes journées à Skala Loutra prennent très vite un rythme qui n’a rien de désagréable.

Eternel lève-tôt, vers 6,45h, je plonge dans l’eau, ce qui vaut bien une douche et bcp d’économies d’eau, si ce n’est les qques litres pour me rincer de l’eau salée.

Petit déjeuner accompagné d’un soleil levant dont la lumière est aussi dorée que le miel grec que j’étale sur mon pain.

Parfois, je branche Internet, et regarde le JT de 20h d’A2 en différé. Mais c’est trop déprimant ; Sarko, Bettencourt, Woerth, quelle tristesse ! Alors je vais à la chasse des dernières photos de Lou et Oscar sur Facebook, et j'en profite pour y trouver les dernières nouvelles de leurs mamans par Murs interposés.

Vers 9,00h, je m’habille, et je grimpe dans l’annexe pour rejoindre le petit quai devant la taverna. La seule du petit port. Et rame, rame, surtout quand le Meltem souffle, et évidemment, il vient d’où ? Mais de la trouée entre les collines ! Et la trouée est où ? Juste derrière la taverna ! Et vous n’avez pas idée de la prise au vent de ce boudin gonflé d’air !

Un grand kalimera aux quelques petits vieux déjà assis devant leurs cafés, et je prends un chouette chemin de terre vers la colline où se situe le

village. 14 chemin Loutra 

Deux kilomètres de montée entre les oliviers, les ânes, les biques, et même un cheval qui accourt à mon passage. Ils ont tous l’air bien heureux à l’ombre sous les arbres.

Le petit port: Skala Loutra, et le village de Loutra sur la colline 

13-Loutra.jpgEnfin, les premières maisons du village de Loutra.

17 centre-Loutra16 Loutra 

22 rue-Loutra21 ruelle-Loutra 

Je vais chez le boulanger et le petit mini-market (mini-mini) où je trouve pain, légumes et fruits. Il y a aussi un boucher, et sa viande hachée est super-bonne !

Ensuite, je vais m’assoir à la terrasse de mon petit boui boui du coin. Un grand kalimera de la part de tout le monde.

20 mon-boui-boui

Pas besoin de commander, mon heleniko arrive sans rien demander, et ce dès ma deuxième halte ! Incroyable ! Il coûte un Euro, sourire compris. On est loin des zones touristiques..

Mon kawa avalé, je refais mes deux kilomètres en sens inverse.

15 chemin-Loutra-b 

'Bonjour l’âne!' Je te présenterais bien Oscar et fais-moi alors ton incroyable braiement que j’entends sans cesse jusque sur Anak. Cela fera hurler de rire (ou de trouille) Oscar.

'Bonjour les biques!' Je vous présenterais bien Lou qui sera, comme moi, toute attendrie en regardant votre regard aussi doux que votre petit museau. Et peut-être que la petite vieille là-bas montrerait à Lou comment traire une bique grecque ?

J’arrive à la taverna du port, et le rituel continue. Serais-je un homme d’habitudes ?

‘Kalimera !’, le patron me fait un grand sourire. Cet étranger avec sa drôle de barque est revenu à Loutra alors que tous les autres ne sont que des courants d’air qu’on ne voit qu’un jour ou deux ! Et lui, au moins, il vient tous les jours boire son café.

Pas besoin de commander. Il est déjà dans sa cuisine en train de faire bouillir mon petit heleniko.

Et là, je dois l’avouer, je ne me reconnais plus. Toujours stressé et pressé dans le temps, comme s’il me fallait fuir ou contrer des choses..

Là, je m’installe à ma table et je regarde.

Je regarde Anak au loin qui joue avec sa chaîne d’ancre. Je regarde la baie, je regarde les barques de pêcheurs qui vont et viennent. Je regarde l’eau qui miroite dans ce décor si apaisant.

Mon tavernier met très doucement une musique grecque qui accompagne le murmure des voix des quelques grecs qui sirotent eux aussi leur café.

Le soleil monte, chauffe.., mais la terrasse est à l’ombre d’un toit de roseaux qui accompagne la musique grecque avec ses frémissements dans le vent qui balaie et rafraîchit l’endroit. 

Je ne bouge plus. Une heure, parfois deux, tout comme suivra un deuxième heleniko et son grand verre d’eau glacée. On est si bien dans cet endroit.

Assis ainsi dans une telle quiétude, j’ai parfois l’impression d’attendre quelque chose. Peut-être ce moment où il me sera donné de tirer au clair tout ce qui m’aurait mené à cette vie actuelle de solitaire sur l’eau.

Bon, c’est bien beau de rêvasser, mais en avant, rame à nouveau, et cette fois avec le vent qui me poussera rapidement vers Anak.

A bord, je range pain et courses.

Je mets mon maillot, et plouf à nouveau, vive la fraîcheur de l’eau !

Après cela, petit coup d’œil sur Internet et ma boite courriels. Snif, snif, rien, personne ne m’aime. Non ! Un message, deux, trois ! Chouette, on m’aime ! :-)

Cette balade de deux kilomètres, cette pause taverna et la natation m’ont épuisé. Vive le tatami au frais en bas dans le carré, et le livre que je suis en train de lire. Pour l’instant, Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel. Très chouette.

Midi : salade grecque rituelle (encore !) tomates, poivrons, oignons, feta, olives, huile d’olive, sel et origan. J’adore. Tous les jours, je ne m’en lasserai pas.

Un kawa, cette fois à bord, et hop, coup de fraîcheur : plouf dans l’eau.

Vous trouvez que je bois beaucoup de café ? Moi aussi.

L’après-midi, je range, j’écris des notes comme pour me rassurer, je répare, je bricole, je fais encore des ploufs. Certains jours, je fais des AR avec mes jerrycans d’eau jusqu’au robinet sur le quai, j’essaie de garder mes réservoirs d’eau toujours pleins.

Parfois en fin d’après-midi, des gens d’un de ces rares bateaux arrivés durant la journée, et ayant déjà croisé ailleurs Anak, viennent me dire bonjour ou m'appellent. Ce sera une bière glacée sur Anak ou chez eux. Souvent cela se termine par du riz improvisé, des pâtes, ou selon ce qu'on a à bord.

Et se partage alors une soirée sympathique, quelques tuyaux sur tel port ou telle île, échanges de livres, et bien évidemment, refaire le monde.

Avec John ou d’autres amis grecs ou autres, qui décident de rester ici quelques jours, on décide parfois d’aller manger à la taverna, sardines fraîches grillées, etc., vin, et dessert toujours offert, moins de 10€ par personne. Les vagabonds des mers ont rarement des gros budgets pour naviguer ainsi. C'est donc alors la fête.

24 copains-et-taverna-Skala-LoutraAprès ces soirées chaleureuses, je retourne à la rame dans le noir à bord d’Anak. J’allume mon feu de mouillage en haut du grand mât, et hop, mon livre, puis dodo au lit, car demain, tout recommence, tant que je resterai à Loutra !

Le 24 juillet, Michèle arrive pour rester jusqu'en août !

Arrivant à Mithilène par avion, elle me rejoindra en taxi à Loutra, et nous remonterons via la côte ouest de Lesbos vers Molivos. Une belle navigation et séjour dans le nord merveilleux de Lesvos. 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

2010 - 19  - Aout  De Molivos à Loutra par la côte Est

 13 août 2010.

Michèle a quitté Anak et Lesvos. Une navigation via l'ouest, Plomary, Sigri, Molivos.. Séjour au port magnifique de Molivos, locations de voitures, cette période fut un régal absolu et en reste plein de photos :

Voir l'album photos de Molivos.  Lesbos-de-Loutra-a-Plomary  - Lesbos-de-Plomary-a-Sigri - Lesbos-de-Sigri-a-Petri - Lesbos-Molivos-Aout-2010

 01-Mayeros

 

28-preparation-suite-route-nord-copie-1.jpg

P1020835.JPG P1020732.JPG

P1030043.JPG

Cela sent déjà la fin de l’été en Grèce. Les ports sont vides, moins de touristes, et absence étonnante de voiliers. Ces derniers jours, ce furent surtout quelques voiliers turcs qui fréquentaient Molivos.

Intéressant : le différent politique entre la Grèce et la Turquie ne semble pas fort concerner la population. Les turcs sont des gens absolument charmants et on les voit de suite discuter et boire un coup avec les grecs.  

Cela fait 18 jours que je suis à Molivos. On ne s’en lasse pas. En scooter ou en voiture, j’ai pu découvrir la beauté du nord de l’île. Je ne suis pas près d'oublier Molivos.

 Voir l’album photos de Molivos.

Mais là, il faut que je bouge. J’ai un avion de réservé pour un AR en France, et je dois trouver mi-octobre un endroit où je pourrai laisser le bateau seul, sans risques, et bien abrité des vents dominants.

Je profite donc de cette première escale pour recommencer à écrire des petits récits, celui-ci sera mini-mini, il faut que je me rôde après un été bien paresseux !

Deux routes possibles pour rejoindre le Golfe Saronique ou peut-être Eubée avant cet AR en France, retrouver Michèle et pour voir petite Léna, Lou, Oscar et ceux qui me sont proches.

Par le nord, retour vers Limnos et quelques variantes avant de rejoindre les Sporades, puis le détroit d’Eubée. Mais j’aurai pas mal de vents contraires au début et la route est longue.

Par le Sud, Chios et îles environnantes, Samos, Andros, les beaux golfes Saronique et Argolique, qui en septembre commencent à se vider de leurs flottes de charters. Et si certaines visites à bord d'Anak se confirment, il sera très facile de me rejoindre dans le Saronique via le Pirée. L'année dernière, Nora et Franck m'avaient rejoints à cette période. (voir Nora ou une sirène dans le Saronique)

A la mi-octobre, Anak doit être en sécurité. J’ai donc le temps, mais comme je suis très doué pour traîner dès qu’un endroit me plaît….

J’aime alors savourer les lieux, l’ambiance, les contacts avec les gens du cru. Ce n’est pas demain que l’on me verra voler d’île en île sans profiter de cela !

Ce matin, Anak quitte donc Molivos pour rejoindre la si jolie baie de Loutra (voir article sur Loutra) dans le Sud, cette fois à nouveau par la côte Est.

J'ai l'estomac noué, ce départ pour le Sud n'est pas facile. Je laisse à Molivos des amis grecs et pleins de beaux souvenirs.

01-Ciao-magnifique-MolivosJe contourne Molivos, toujours aussi belle vue de la mer, pour passer devant la plage isolée d’Ephtalou, sa petite taverna avec chambres d'hôtes les pieds dans l'eau et ses kms de plages complètements sauvages.

Je reconnais au loin la belle petite taverna au bord de la piste où j’avais mangé en compagnie de Michèle, et la plage sous les arbres au bord de l’eau où on s’était arrêté pour bavarder, ce qui c'est terminé par une heure de sommeil profond et un réveil au milieu des cris de deux familles grecques et leurs enfants ! :-) (album photos Molivos)104 Taverna bord de piste 

112 Taverna Sykaminias 

Plus loin, c’est le petit port de Sikaminias, sa jolie taverna avec son perroquet, et le village plus haut dans la montagne.

03 Sikaminias

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Le premier cap : Korakas, et quelques milles plus loin, le Cap Akrotiri. 

     06 Cap-Akrotiri 

A Akrotiri, apparaissent des îles Nes Tomaria et je passe dangereusement entre deux îles, laissant à ma droite celle de Barbalias. Il y a un haut fond entre les deux, un petit passage, et je passe, génois grand déployé pour réaliser après qu’à quelques mêtres près, Anak aurait bien pu flirter avec les rochers sous l’eau. Pas très malin. Surtout quand on part un vendredi 13. Je dois me ressaisir au lieu de défier les dictons marins ! 

La météo avait annoncé un bon petit vent du Nord, et comme toujours en Méditerranée, il vire au Sud ! Droit dans le pif !

Mais j’ai le courant pour moi, Anak passe rapidement devant le Kastro de Mytilène.

09 Le-Kastro-de-MythileneJe m’approche du port pour voir le nombre de mâts dans la marina. Zéro !!! Cela confirme ce qui se raconte. Depuis qu’elle est payante, plus personne n’y mets les pieds. Il faut dire que le service est nul, 24€ pour un 12m, ou pour Anak : 504€ pour un mois de stationnement !

Tout le monde va dans le port commercial où un quai est dédié aux voiliers de passage. Ceux qui veulent rester contournent le Sud-Est de Lesbos pour aller à Loutra. Là le bateau est en sécurité. C’est gratuit, et il y a 4 à 5 bus par jour pour Mytilène, à moins d'une heure de route !

Un bruit circule comme quoi l’Europe exige le remboursement des sommes folles investies dans des marinas partout en Grèce (souvent situées ou construites en dépit du bon sens, puis abandonnées une fois certaines poches bien remplies) et que c’est pour cela que les prix sont si élevés. Que croire ? En tout cas, mauvais calcul, la marina est vide !

Je contourne aussi le Sud-Est de Lesbos pour rejoindre l’entrée du Golfe de Géra, passer devant le joli petit port de Pyrgi, hélas, trop peu profond pour nos quillards, et jeter l’ancre à Loutra.

10 Pyrgi-entrée-Golfe-Gera

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Loutra ! Troisième édition ! L'annexe de suite à l'eau pour un petit heleniko, malgré l'heure avancée dans l'après-midi! Et accueils chaleureux à la taverna du patron et sa fille ! Mon heleniko m’est offert, et ce soir je m’offre un souvlaki chez eux. Trop chaud pour cuisiner à bord. (la belle excuse !)

Anak à Loutra, avec ses tauds et cheminée d'air, car il fait très chaud :

11 Anak-pour-la-3me-x-a-LoutraA Loutra, un voilier allemand est mouillé, seul autre bateau dans la baie. Je les avais déjà rencontrés à Limnos. Très sympas, ils viennent me dire bonjour à bord. Je sortais juste d’une bonne baignade pour me rafraichir ! Et ils réussissent à me prendre en photo au moment où je me sèche !

12-sortie-baignade

Nous prenons le temps de transférer la photo sur mon PC et de boire un petit Ouzo. Ils sont originaires de la jolie ville universitaire d'Heidelberg. Ils repartent demain-matin tôt. Je resterai donc seul à Loutra.

L’eau dans la baie est presque trop tiède pour rafraîchir efficacement. C’est finalement ma douche à l'eau douce qui sera la plus rafraichissante !

Je ne vais pas rester longtemps à Loutra. Mais le 15 août est une fête religieuse importante en Grèce. Je préfère éviter les ports ce WE. Et pas le moral cette fois pour un mouillage isolé et prolongé de marinero solo. Je vais rejoindre mardi ou mercredi le beau petit port de Plomary où j’avais retrouvé mon ami Wulf, et lors du passage suivant : le Festival de l’Ouzo – gratuit ! Que de souvenirs. (voir l'album Molivos Août 2010) 

De là traverser, droit vers le Sud pour rejoindre Chios, et ensuite les premières îles du Dodécanèse.

A bientôt pour la suite, probablement depuis Chios ou Oinousa.

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

20 - Août 2010 - Oinousa, l'île aux deux facettes.

 

Ce mercredi 25 août, je quitte Plomary au Sud de Lesbos. Je reviendrai à Lesbos !

Direction : Plein Sud : Chios et la petite île voisine d’Oinousa.

La météo annonce du vent du Nord, force 4 à 5, et pour demain, un bon petit Meltem force 7. Il vaut donc mieux arriver à temps et surtout me mettre à l’abri.

CHIOS---Oinousa-copie.jpgEvidemment, qui croit à la météo ? Les premières heures, le vent est du Sud – sacrée Méditerranée – et en début d’après-midi, à 10 miles de Chios, il vire enfin au Nord.

Seul hic, il vire au Nord et semble pressé d’en découdre, c’est le Meltem force 7 annoncé pour demain qui tombe à bras raccourcis sur Anak.

C’est sportif, la mer est hachée, pas trop désagréable, la houle a peut-être du mal à se former entre toutes ces îles et la côte turque très proche.

Le génois, de moitié enroulé, tient le coup tangonné, la grand-voile a pris deux riz, l’artimon est rentré.

Et voilà Anak propulsé vers le chenal qui sépare Chios d’Oinousa. Pour une fois que je fais des économies de gasoil !

01

A gauche, Oinousa, à droite, Chios.. C’est très beau.

Et évidemment, avec ce vent je vois très vite au loin, sur la gauche, le village de Mandraki.

02

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Son petit port est protégé par trois ilots. Sur celui du nord on peut voir un monastère et sur celui du sud, une chapelle.. Les guides nautiques disent que c’est un abri idéal par tous vents.

Je contourne l’ile la plus au Sud ; Nisis Mandraki et me voila soudain propulsé en Scandinavie !

On a volé la petite sirène ‘den lille havfrue’ à l’entrée du port de Copenhague…, et je la retrouve ici à l’entrée du port de Mandraki ! Non, c’est tout simplement une des nombreuses curiosités, parfois un peu mégalos, que je vais rencontrer dans ce curieux petit port de Mandraki.

0403 

 05 

Je contourne donc notre sirène Oinousaienne et je découvre l’entrée du port. Port protégé ? Je puis vous assurer que par Meltem, cela souffle sec dans le port et je me demande comment je vais faire pour trouver une place, et surtout amarrer mon gros Anak tout seul. Pas un chat pour m’aider sur les quais désertés par ce vent violent.

Finalement, c’est la jetée sud à l’entrée qui me semble la plus intéressante. Il y a un ferry au départ de la jetée, puis rien, si ce n’est de gros boudins en caoutchouc noir au raz de l’eau.

Pas vraiment l’idéal, mais tout au bout, vers l’entrée : pas de boudins. Les autres quais sont tous pleins, une dizaines de ‘taxis’ ou navettes Chios – Oinousa, un plus petit ferry, encore un quai plus loin avec un catamaran et des petites vedettes, une place à côté, mais si je me loupe avec ce vent, bonjour les dégâts ! Au fond, des gros yachts alignés.

20Ce n’est certainement pas là-bas que je vais chercher une place !

Donc, jetée sud. Avec ce fort vent du nord, je serai poussé vers le quai, le tout est d’arriver doucement, et de préparer mes deux pneus de bagnole à tribord pour ne pas abîmer le bateau. Si je suis trop éloigné du quai, en présentant le flanc d’Anak au vent, cela va me pousser très très violemment contre le quai.

Je ressors du port, reviens doucement contre le vent, je frôle en virant, c’est le moment le plus dangereux avec ce Meltem, l’angle de la jetée et si je calcule bien, si à un mètre de l’angle, celui-ci dépassé, le vent va me pousser de suite contre le quai. Mais étant déjà tout près, cela va se faire en douceur.

Et ça marche, comme une fleur, ah, le marin d’eau douce et de pacotille, quand la chance m’accompagne !

Mandraki-copie.jpgPas besoin d’amarres, Anak s’est collé au quai, les pneus s’écrasent, tant le vent est fort ! Cela hurle dans les haubans. Je règle bien mes pneus et pour les bouger, je dois pousser comme un fou pour arriver à décoller un peu Anak du quai. Je l'approche au maximum du ferry à quai et du début des boudins caoutchouc dans l'eau. Les pneus frottent sur le quai et freinent, même moteur à fond! Une amarre devant, une derrière, youppie, je suis safe à Mandraki.

07 

Ouf, je puis souffler, car vous n’avez pas idée du stress quand un vent vous pousse à force 7 ! Une erreur, et je ne vous dit pas la casse !

Je regarde autour de moi.. Côté chenal, les 3 îles, c’est magnifique. Côté ville, bof, j’avoue être déçu.

09 

De loin, architecturalement, c’est nul, des grosses maisons de rupins dont les trois-quarts sont en ruines. Une taverna moderne sur le port avec terrasse aquarium plastique. Pas un chat, et au loin, ces gros yachts qui font tâche dans le paysage.

12 

13 

Et cela se voit ! Enfin, ce qui reste de l’époque où ces messieurs fréquentaient assidument leur île natale. Aujourd’hui, ils habitent Athènes, New-York, Paris.. et leurs enfants préfèrent Egine, St Trop ou Marbella plutôt que cette île perdue!

Il en reste quelques-uns, revenu pour une retraite dorée et paisible. Ils se baladent alors avec chauffeur en voiturette électrique pour terrain de golf (il n’y a pas de golf ici, mais ça fait chic et du boulot pour le jeune chauffeur).

23Ils ont leur barque privée au port (d’où les yachts) et leur grosse villa sur l’île. Leurs ‘copains armateurs’, Rolex au poignet comme Sarko, viennent faire un tour le 15 août, jour de la fête de l’île d’Oinousa. Le port est plein alors, que des méga-yachts !

Il paraît qu’il vaut mieux ne pas mettre les pieds ici ce jour-là. Pas de place, et on vous envoie balader, on est entre gens de la jet-set.

Tout cela me fait un rien déprimer. Ce port avec une architecture plutôt moche, un fief pour riches, cela avec du Meltem, l’adios à Lesbos, mais qu’est-ce que je suis venu faire ici ?

Bon, courage le flamand, va d'abord faire un petit tour dans le port.

Pfff, à peine mégalos les mecs, il y a des statues de nos grands armateurs partout dans le port ! Un petit aperçu ? Heureusement qu’il y a UNE femme au milieu de tout cela ! Et la plupart des mecs ont une main en poche. Donc même les milliardaires ont besoin de se gratter...

15 

Bon, pas vraiment mon truc, je rentre boire un kawa sur Anak.

Pourtant, des copains me disaient du bien d’Oinousa ? Bon, je dois être fatigué.

Rebelote, je repars me balader et vais explorer cette ces ruelles qui semblent partir vers l’intérieur.

Et voilà enfin une nouvelle facette d'Oinousa qui s’offre à ma vue et à mon moral !

Caché par une colline qui longe le port, je découvre tout un village, certes pleins de ruines, mais aussi des maisons sympas, un boui-boui plein de vieux et moins vieux, de la verdure partout, des gens adorables !

Je vais d'abord :-( au boui-boui que j’ai découvert et je m’offre une bière. Je demande une Mythos, et le jeune tenancier, un rien navré me dit n’avoir que de l’Amstel. Pfff, venir en Grèce pour boire de la bière allemande ! Puis il revient avec deux bouteilles ! - J’ai de l’Amstel, mais aussi de la Fix, et c’est de la bière grecque ! Good, good !

Top-là pour la Fix, je connais, elle est légère et délicieuse. Par contre, la bouteille, on pourrait la boire à trois, je vous le disais, tout est ‘mégalo’ ici (en grec : megalo=grand)

28

(cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Je me régale et vais payer. Oh zut, je n’ai pas de monnaie, et c’est 3€ ! (pfff, cher la bière à Oinousa ! Enfin, vu le volume.)

J’ai à peine 2€ en monnaie et je tends un billet. Pas de monnaie ! Pas grave, je prends ce que vous avez et je vous fais cadeau du reste !

Et voilà, à nouveau la Grèce que j’aime.

- ‘Je vous donne le reste demain, ‘avrio !’

Il éclate de rire : encore un touriste qui dit n’importe quoi et qu’on ne reverra jamais..

Je continue mon exploration.

Mais c’est pas mal du tout Oinousa ! Plus versatile que moi comme jugement, on ne fait pas mieux !

Je rentre.

Demain, Meltem qu’ils disaient à la météo (en réalité, il avait un jour d’avance..), donc je vais visiter à l’aise ce village durant la journée. Puis je devrai acheter du pain.

La facette cachée d'Oinoussa !

Me voilà donc parti ce jeudi-matin à la découverte d’Oinousa, l’authentique !

Marrant, même sur les réverbères, il y a une ancre !

24 

Je commence évidemment par le boui-boui de hier-soir, mon premier kawa du matin, et régler mes dettes, car je ne suis pas un touristequiditn’importequoi !

27

Et ensuite, je fais mon tour dans le village. Voilà  quelques photos..

2921 

 

 

31 

32 

33

3534 

36 

 

3938 

Je trouve, après de longues recherches, le marchand de légumes. Faut deviner, une maison sans rien d’indiqué, là, au bout de la descente.

4040b 

 

A l’intérieur un de ces bazars ! J’achète des pêches, 5 pour 1,8€. Wouaw, ça ce n’est pas cher, elles doivent provenir de l’île. Plus loin, je découvre le petit mini-market de l’île.

41

Je demande où on trouve du psomi/pain et tout le monde me répond en même temps. Ils sont vraiment très gentils ici.  Enfin, au fond d’une impasse en bas d’un escalier : le boulanger. Trop chouette, le pain est au poids, et sort tout juste du four !

42 

 

44 

Si j’avais attendu qu’il soit midi, j’aurais vu les mémères du quartier amener leurs plats de moussakas ou tomates et poivrons farcis pour profiter du four chaud ! Comme quand j’avais 25 ans à Skopelos.

Je passe devant l’église, imposante, un peu tarte à la crème comme toutes les églises orthodoxes récentes. Ils ont pourtant de si beaux vieux monastères.

46Comme vous pouvez voir, a presque tous les coins de rues il y a des maisons en ruines. Elles ont du parfois être très belles à l’époque de la splendeur de l’île !

4745 

 

48  (cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

49Je suis mort, Anak, me revoilà !

Réduire mes photos comme m’a appris Nora, télécharger sur le blog. Ecrire un mot (un mot ? une tartine oui..) et essayer de mettre tout cela en page et en ligne.

Mais je crois que je vais d’abord retourner à mon boui boui boire un petit heleniko. Le kawa n’est pas cher, 1,20€ !

Je croise une garde-coastette. Qu’est-ce qu’elles sont mignonnes en uniforme ! Grand sourire ! Hello, vous êtes du voilier là-bas ? Oui. Demain-matin à 6h, il y a un gros ferry qui arrive, et c’est le seul endroit où il peut se mettre. Vous pourriez vous déplacer ?

Le Meltem était annoncé pour aujourd’hui, mais il était là hier et cette nuit (ce qui ne m’a pas empêché de dormir, tellement j’étais fatigué). Bref, cela souffle, mais bcp moins.

- Où devrais-je me mettre ?

- Oh, là-bas, juste derrière le catamaran si vous pouvez.

Je file voir cet endroit. J’ai à peu près 15 m de quai libre entre le cata et un vedette. Le vent souffle, mais pas trop fort, et il me poussera par derrière. C’est faisable.

Je retourne sur Anak et je prépare tout. Surtout les tangons si quelque chose foire et que je dois m’écarter… des autres.., et une aussière fixée au taquet central d’Anak et toute prête devant la porte de la timonerie.

Dès que je m’approche du quai, je prendrai l’aussière et je saute à terre (c’est mieux que dans l’eau, cela a failli m’arriver une fois L..) et je l’enroule à la bitte d’amarrage que j’ai repérée au centre de mes 15 m.

Et vroum, me voilà parti. Je fais une belle boucle le plus au nord possible, puisque le vent va me pousser vers le Sud. Je m’introduis entre le cata et l’autre bateau. Je sais qu’en marche arrière, l’étrave d’Anak part à tribord et s’écartera donc du quai. Je puis vraiment pointer vers le quai, marche arrière, l’avant s’écarte du quai, remarche avant, et je m’approche ! Le vent commence a me pousser vers le cata où un type se réveille et me crie, - je viens vous aider !

Trop tard, le papilou a déjà sauté à terre, enroulé l’aussière autour de la bitte d’amarrage, et voila Anak qui s’arrête net dans son élan et vient se coller au quai. OUFFF !

Bravo me dit le français du cata. Tu parles ! C’est la deuxième fois que j’ai un bol fou en 24 h !

Me voilà donc plus loin dans le port, et surprise, du 220V devant Anak, et gratos me dit le français.

Je termine donc mon article sans ménager ni la batterie de mon super PC, ni celles d’Anak qui sont en pleine charge grâce au 220V ! Cela me donne le temps de corriger les fautes. Enfin, quelques-unes..

51Demain, encore ce Meltem de 2 jours qui était annoncé ? Terminé pour de bon ou non ?

Puis tant pis, je vais aller faire une balade sur l’île, et je partirai peut-être samedi. L'électriçité est gratuite ici dans le port, autant en profiter pour booster les batteries. Et j’ai le temps.

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

21 -Août - De Chios à Kamari (SE île de Chios)

Ca y est, je quitte le port de la ville de Chios.

(voir album photos: Le vieux quartier de Chios)

01 Ciao Chios capitale (Cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Dernières courses, du pain pour 2 ou 3 jours, on ne sait jamais avec cette météo incertaine, un dernier café et c’est bon.

Direction, la pointe Sud-Est de l’île, ce qui va bien me rapprocher de Samos, à plus de 50 miles nautiques d’ici. Appel VHF aux gardes-côtes pour leur dire que je pars. Ils le demandent, on est proche de la côte turque..

La côte de Chios n’est pas très excitante, si ce n’est ces curieuses rangées vertes sur les collines.

 

J’ai trouvé, c’est des plantations de la grande spécialité de Khios : l’arbre à mastic ou le Pistacia lentiscus pour vous faire croire que je sais tout. Merci Gabriel..

http://www.herbier.sesa-aude.com/spip.php?article692

Il est cultivé pour sa résine avec laquelle on fabrique un mastic utilisé en médecine et dans la composition de certains vernis. Dans l’Antiquité, on l’utilisait comme gomme à macher (l'ancêtre du chewing-gum). Cela massait aussi les gencives et purifiait l’haleine.

Les Arabes en tiraient une huile comestible et elle servait aussi à préparer un plat populaire appelé masticha. Et de la liqueur : mastiche ! L'on parle de baume dans la Genèse, c’était sûrement du mastic de Chios !

On lui prête aussi des vertus aphrodisiaques, et du coup les Sultans le firent cultiver sous l’occupation turque.

Voilà pour le mastic de Chios.

Le Sud Est de l’île est constitué de hautes falaises, et là au milieu quelque-part, il y a un passage qui s’ouvre sur une toute petite baie, la baie de Kamari, son hameau, et le village d’Emporios.

C’est là que je vais me mettre à l’abri 24 h. Ils annoncent un coup de Meltem pour demain.

Je finis par apercevoir la trouée dans les falaises (flèche jaune) et je me dirige droit vers l’entrée.

Impressionnant, pas très large, et des rochers de chaque côté.

04 Passage vers KamariJ’ai des problèmes avec mon écho-sondeur. Par périodes, il marche, d’autres pas. Evidemment, quand j’en ai besoin : il ne marche pas. Et je vous assure que cela donne des sueurs froides. A réparer d’urgence cet hiver !

05 Entree amari 

09 Cote droit entree 

08 Passage

10 Anak a l'ancre

Du coup, je n’ose pas trop m’approcher des petites plages qui bordent le hameau. Et de toutes façons, la carte indique 6m de profond au centre, c’est du sable. 20 m de chaîne suffiront. Je ne puis mettre beaucoup plus, si le vent tourne, avec un rayon de 20 m, je risque de m’approcher trop des bords ou toucher les petits bateaux sur corps morts.

Ca y est, l’ancre est plantée. Marche arrière toutes, elle croche et s’enfonce dans le sable. Vive la CQR, une fois plantée, elle en vaut bien d’autres ! Les cyniques vont dire : ‘à condition qu’elle plante !’ Oui, c’est vrai, mais depuis que je l’ai modifiée en soudant un bout de burin trempé au bout de sa pointe : elle plante ! Je devrais faire breveter mon truc !

Je me jette à l’eau, pour me rafraîchir (pardon aux lecteurs de ‘là-haut dans la fraicheur déjà automnale’..), et surtout aller examiner les fonds. Ouf, j’ai bien visé, car il traîne des tas de choses au fond de l’eau. Une très vieille immense ancre, des chaînes, etc..

Marrant, les fonds d’une baie habitée sont souvent le reflet de son histoire.

Je jette l’annexe à l’eau, elle reste gonflée à bord, à l’avant du mat, et protégée des UV destructeurs du soleil par un drap-housse blanc pile à sa dimension ! Avec les élastiques, on croirait que c’est fait pour.

Et me voilà en route à la rame pour le hameau. Je me demande si je ne vais pas revendre mon moteur H.B., je ne l’utilise jamais !

14 Kamari village11 Kamari village

12 Vue sur baie

Un vrai hameau grec, quelques maisons, mais au moins 3 à 4 tavernas. Que deviendrait la Grèce sans ses tavernas chaleureuses ?

(Cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée) 

17 Kamari village15 Kamari village 

19 Mythos bien fraicheJe m’offre une Mythos glacée et j’admire les alentours. C’est vraiment très très sympa.

18 Kamari villageLa taverna fait à manger et les prix sont très corrects. Je vais accompagner ma bière d’un souvlaki avec des frites. Comme je ne mange presque jamais de viande à bord..

Arrive un couple de grecs qui s’assied à la table à côté de moi.

Et c’est la magie de ces soirées dans des petits endroits qu’on ne connaissait pas quelques heures avant. On se dit bonjour, ils parlent anglais, en réalité, habitent New-York, et comme beaucoup de grecs, viennent passer l’été dans leur beau pays.

Et pia, pia, on cause Grèce, France, Belgique ou U.S. Le patron de la taverna, qui est leur copain, sait du coup que je suis le marinero de ce drôle de bateau bleu au milieu de la baie, etc.

Mon grec/américain est atterré par la cherté de la vie en Grèce. Restos, cafés, nourriture, tout est bcp plus cher qu’à New-York. Cela me rappelle un ami grec-allemand d’Egine, qui passait 6 mois en Allemagne, et 6 mois sur son voilier en Grèce. Le coût de la vie ici lui coûtait 20% de plus qu’en Allemagne. Mystère, mystère, et les grecs ont du souci à se faire.

Je rentre à bord, il fait nuit. Inutile de vous dire que je me suis écroulé sur mon lit, toujours marinero solo. Pour me consoler, ce matin un lever de soleil magnifique derrière de gros nuages côté mer.

20 Lever soleil ce matin

(Cliquez sur les photos pour les agrandir dans une fenêtre séparée)

Hélas, annonciateur de ce fameux coup de Meltem. Il arrive, et plus fort que prévu. Ici dans la baie, cela souffle très fort. Anak fléchit sous les rafales. Le gréement hurle.

Nouveau plongeon dans le clapotis. Aller examiner mon ancre…

Je ne la vois plus, les rafales et Anak ont tant tiré dessus, qu’elle s’est enfouie profondément dans le sable. Un peu plus loin, je vois une bouée avec sa chaîne vers un corps mort au fond de l’eau. Je remonte à bord, une corde, replongeon, et j’assure Anak à la chaîne sous la bouée.

Deux sécurités, c’est mieux, je puis écrire ce petit mot tranquille.

 

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

22 - Sept. - Pythagorion sur l'île de Samos

 

J’ai quitté la jolie petite baie de Kamari pour Karlovasi au nord de l’île de Samos. Je n’y resterai pas longtemps, le port est ouvert au Meltem et s’avère intenable. Samos est une jolie île qui n’est qu’à un mile de la côte Turque ! Très montagneuse (1437m pour le Mt Kertetevs) la côte a parfois des aspects très sauvages avec de belles forets de pins. 

La déesse Héra, sœur et femme de Zeus serait née sur Samos. Tout comme le philosophe Epicure ou le célèbre Pythagore et son théorème Samos connut au VIième s av.J.C. un âge d’or sous le règne du tyran esthète Polycrate. On lui doit le port de Pythagorion avec sa vieille jetée, le souterrain/tunnel d’Efpalinos (524 av.J.C.) qui fait 1,3 km sur une largeur de 2,4m et alimentait en eau la ville de Pythagorion. Et le temple d’Héra dont il ne reste presque plus rien si ce n’est une seule immense colonne.

C’est justement à Pythagorion que je vais me rendre en contournant  l’île par l’ouest. J’en ai assez de me faire secouer à Karlovasi. Je vais donc chez les gardes-côtes pour payer ma taxe de port, mais ceux-ci me disent avec un grand sourire, bye, bye, vous ne nous devez rien ! Sympa. Ciao Karlovasi !

01 en route pour PythagorioCette ile est vraiment majestueuse et la contourner en longeant la côte est un plaisir pour les yeux.

03 Cote Samos

Par contre, il ne faut pas rêver, quand le vent vient de bâbord, et que tout est bien réglé, que je vais enfin bien m’installer sur le tatami pour lire et admirer la côte, il vire de bord. Bref, c’est sans arrêt, vive la Méditerranée.

05 15 minutes apres autre cote04 vent d'un cote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je découvre au loin une petite plage avec une maison de rêve au bord de l’eau. Chaque fois je crie : ‘j’achète !’, plutôt pour rire. Que ferais-je dans une maison de rêve au bord de l’eau à des heures de pistes et routes de la ville la plus proche ? Mais c’est rigolo et fait rêver.

06 j achete

J’arrive enfin dans le port de Pythagorion. Déjà un rien rodé à retrouver des quais avec beaucoup de voiliers, surtout après un été dans le nord de la Grèce où il est tellement agréable d’arriver dans des ports plutôt déserts et avec plein de place, là, c’est la douche plaisance. J’ai même un bol fou de trouver une place, tellement il y a des voiliers, dont 80% de location. Cela change la vie, car il faut surveiller sa chaîne dès qu’un voisin quitte le quai. Ces locataires de voiliers sont souvent très maladroits ou ne connaissent rien à la manière d’ancrer ou relever une ancre. Résultat, ils vous relèvent votre propre ancre, ou celle du voisin, s’affolent, ne savent comment faire et cela hurle de tous les côtés. Vive Limnos ou Lesbos !

08 Anak a Pythagorio

Du coup, tout est bien plus touristique, Pythagorion mérite bien son nom de station balnéaire avec une majorité de touristes scandinaves. Mais j’ai de la chance, j’arrive le jour de la fête de Pythagorion. Ce soir, musique grecque, grosse bouffe et tous les habitants de la ville sont sur le port. Ambiance garantie, mais je regrette la qualité musicale et le ballet moderne de danse de la fête de l’Ouzo à Plomarion, au Sud de Lesbos. 

10 fete a Pythagorio09 fete a Pythagorio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela ne m’empêche pas de découvrir l’intérieur de la ville, loin des échoppes pour touristes. Toujours et partout ces ruelles fleuries et fraîches. 

11 Pythagorio

12 Pythagorio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

19 fouilles15 Pythagorio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juste à l’entrée du port, il y a un monastère fortifié avec le cimetière et une église orthodoxe juste à côté. Le site est magnifique.

Toutes les photos de cet endroit et de la ville sont visibles dans l’Album Photos :

Pythagorion - Ile de Samos  

24 Monastere fortifie

27 Monastere fortifie32 Monastere fortifie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

34 musee monastere

  33 cendres défunts

39 Pythagorio38 Pythagorio 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je resterai quelques jours à Pythagorion pour ensuite partir vers Ikaria, l’île du vent. Et cela va me changer, car là-bas, le tourisme est quasi absent.

Voir les commentaires

Published by Vagabondages en Mediterranée du voilier Anak - Vagabondages

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Haut

Les vagabondages méditerranéens du voilier Anak

Voyages en voilier en Méditerranée. Algérie à la voile.

Que sont devenus Les ex-moussaillons 'Anak ?

Pages

Hébergé par Overblog